CÔTÉ OBSCUR

Abonné

 

Une charte de déontologie aurait-elle pu sauver l’Ordre Jedi ?

06/03/2020 | par Jacques Prentout | Perso

MNGMT_Pessin_STAR-WARS-

Bon Jedi ou méchant Sith, la Guerre des Étoiles nous offre un concentré d’échecs managériaux. Autoritarisme, méthode Agile, échec de la formation… tout semble converger vers ce qu’il ne faut pas faire.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Suivre l’Histoire de Star Wars, c’est être spectateur, à chaque trilogie, de la faillite d’une organisation : la République, l’Empire, le Premier Ordre. Pouvait-il en être autrement sans management efficace ? Retour en neuf épisodes sur le pire du management galactique…

 

Un top management particulièrement isolé

Les Jedi, sorte de catégorie A+ de l’espace, ont développé un esprit corporatiste, monopolisant les postes à responsabilité (généraux, diplomates) sur la base de compétences que le commun des mortels peine à identifier, et pratiquant un management à distance de leurs équipes clones. Résultat : la révolte gronde et les troupes finissent par demander leurs têtes.

 

Dark Vador a la main lourde et les risques psychosociaux explosent parmi ses collaborateurs

 

L’Ordre Jedi aurait été inspiré de relire Henri Fayol qui, dès 1916, identifiait parmi les qualités du manager la proximité avec ses agents. Les ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?