publicité

LA RÉALITÉ EN FACE

Abonné

 

Quand l’élu employeur est dans le déni

24/03/2020 | par Sabine Santamaria | RH

denial ©James Steidl_Adobestock

Quand l’état de santé des agents se dégrade, qui blâmer ? On se tourne rapidement vers des fausses cibles, en oubliant souvent que l’élu est le premier responsable des ressources humaines dans sa collectivité. Mais la paresse et le déni règnent.

Les élus locaux sont très souvent un des principaux employeurs de leur territoire. Il est vrai que les statistiques de l’emploi se concentrent essentiellement sur les entreprises privées et les emplois générés par ces dernières mais il n’en demeure pas moins que communes, intercommunalités, départements et régions sont de gros employeurs et parfois le principal employeur d’un territoire.

Pourtant, malgré la succession d’études de plus en plus alarmantes sur l’état de santé des agents, les élus semblent détourner, voire fermer les yeux. En effet, quels sont celles et ceux qui s’intéressent à cette question des conditions de travail de leurs salariés et qui mènent des politiques volontaristes en leur faveur ?

 

Comment les candidats puis les élus peuvent-ils se désintéresser d’un état de santé qui se dégrade et d’une motivation qui diminue ?

 

Ce thème est d’ailleurs absent des programmes des candidats comme si ce volet de leur future fonction n’existait pas. Comment est-il ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?

publicité