QUI EST LE SUPER-HÉRO ?

Abonné

 

Quand la crise détrône le politique

05/06/2020 | par Aissia Kerkoub | E=MC²

Throne in castle ©celiafoto_Adobestock

Après avoir porté à bout de bras le fonctionnement des administrations locales pendant le confinement, les cadres territoriaux seront-ils désignés comme des freins au retour à la vie normale ? Mieux vaut miser, encore une fois, sur le retour du sens et des valeurs.

La crise sanitaire semble donner la primauté aux raisonnements crédités d’une rationalité pure et parfaite. L’administration joue un rôle privilégié en tant qu’acteur supposé mû par le seul intérêt général, guidé par les critères les plus objectifs possible.

C’est ainsi par exemple que nous appliquons différents protocoles sanitaires ministériels qui n’ont de légitimité que scientifique et administrative, voire que la capacité d’application de ces consignes a été la condition première de la réouverture de services publics.

La crise aurait-elle conduit à une confiscation du pouvoir de décision et d’action des dirigeants politiques au profit d’acteurs plus raisonnés et raisonnables ? L’action publique semble dépolitisée ces derniers temps.

 

Des cadres territoriaux épuisés

La période pourrait laisser des traces indélébiles dans les relations entre les élus et l’administration, a fortiori à l’échelon local où la gouvernance des collectivités est le produit de multiples boucles de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?