CORONAPISTES

 

Vélo : et si on faisait enfin les choses bien ?

09/06/2020 | par Marjolaine Koch | Actualités

people-cycling-at-the-street-picture-id603179748

La crise aura-t-elle définitivement raison des réticences ? Difficile de parier, mais à court terme, bien des villes misent sur une transformation en profondeur de leur espace urbain pour faire place au vélo. Ces nouvelles méthodes marquent-elles le début d’une nouvelle aire ?

Fin 2019, le cabinet Deloitte inscrivait le vélo parmi ses « prédictions 2020 » et misait sur un doublement du nombre de cyclistes « du quotidien » entre 2019 et 2022. La crise va certainement provoquer une hausse encore plus significative. Paris, d’ailleurs, affiche déjà pour mai 2020 un doublement du nombre de cyclistes par rapport à mai 2019. L’éclosion des pistes cyclables temporaires dans les grandes villes à la sortie du confinement, précipitées par la nécessité d’éviter des transports en commun bondés, a eu pour effet de mettre le vélo en lumière.

 

Faire tache d’huile

Moyen de déplacement efficace en termes de ratio emprise au sol/personne en déplacement, le vélo est privilégié par de nombreuses villes qui ont compris la nécessité d’offrir une alternative aux transports en commun et aux voitures qui, trop nombreuses, peuvent paralyser l’ensemble de la circulation. Dans son analyse, Deloitte estime que le développement du vélo peut provoquer une évolution sociétale profonde ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?