TRAJET GLOBAL

 

Zones rurales, ne lâchez pas le vélo !

16/06/2020 | par Marjolaine Koch | Dossier d'actualité

DOSS_©Andrey-Popov---stock.adobe.com_285709716

Avec l’essor du vélo électrique, les distances parcourues à vélo ont sensiblement augmenté, certains cyclistes n’hésitant pas à parcourir une trentaine de kilomètres par jour. Mais pour augmenter leur nombre, il faut les écarter des routes départementales, trop dangereuses.

Les territoires périurbains ont encore le monopole de la voiture : plus de 90 % des déplacements quotidiens se font en voiture, selon l’enquête nationale Transports et déplacements de 2008. Pourtant, une partie de ces déplacements pourrait se faire à vélo si les aménagements le permettaient. Dans la plupart des départements, un réseau cyclable assez ancien a été développé dans une visée touristique. C’est une bonne base de départ pour repenser ce réseau en mode utilitaire.

 

Un schéma territorial à la bonne échelle

À l’heure où les VAE permettent d’avaler les kilomètres sans forcer, il est grand temps de connecter les zones urbaines et les zones moins denses grâce aux véloroutes. Pour ce faire, un schéma territorial à l’échelle du bassin de vie, du département ou même de la région, permet d’offrir une cohérence aux tracés.

 

Ces plans peuvent s’appuyer sur l’armature existante des plans de déplacements urbains

 

La démarche nécessite une coordination et une volonté politique de la part des élus. Établis en cohérence avec les documents de planification et d’orientation existants, comme le plan climat énergie territorial ou l’agenda 21, ces plans peuvent s’appuyer sur l’armature existante des plans de déplacements urbains.

 

TÉMOIGNAGE
« Mieux vaut attendre pour réaliser un bon aménagement, plutôt qu’un aménagement a minima »
« Nous avons réalisé un nouveau schéma de déplacement en 2018, accompagné d’un schéma des aménagements en modes doux, en coopération avec la métropole de Rennes. La congestion aux portes de la métropole et l’arrivée du VAE ont généré plus de cyclistes. Avec l’expérience, nous avons constaté que les aménagements mixtes piéton-vélo ne fonctionnent pas très bien, d’autant plus que nous n’avions pas pu respecter la largeur minimum de 3 mètres préconisée par le Cerema. Nous savons maintenant qu’il vaut mieux attendre pour réaliser un bon aménagement, plutôt qu’un aménagement a minima. Enfin, en 2012, nous avions choisi du sable stabilisé comme revêtement en secteur périurbain. Mais sur des déplacements domicile-travail, les gens veulent aller vite et rester propres. Désormais, nous allons privilégier les enrobés, même si cela nécessite de gérer les eaux pluviales. »
Lucie Calvet, responsable du pôle aménagement et urbanisme, communauté de communes Val d’Ille-Aubigné

 

Le dernier kilomètre

Identifier les pôles générateurs de déplacements, inciter à l’intermodalité en offrant les infrastructures nécessaires, voilà deux clés de départ pour inciter à choisir le vélo. En aménageant des pistes sécurisées pour le premier point et en créant des zones de rencontre bien pensées pour le second.

 

L’aménagement de zones de stationnement sécurisées et abritées est au moins aussi important que l’aménagement de voies dédiées à la pratique du vélo

 

L’idée : provoquer le passage de la voiture au vélo sur les derniers kilomètres en facilitant le trajet global. Par exemple, en construisant des box sécurisés pour stocker son vélo sur une aire de covoiturage, ou à côté d’un arrêt de bus. En équipant les bus et cars de racks à vélos pour permettre aux usagers d’embarquer leur cycle, pour les derniers kilomètres en amont et en aval du trajet. L’aménagement de zones de stationnement sécurisées et abritées est au moins aussi important que l’aménagement de voies dédiées à la pratique du vélo.

 

Location longue durée

Bien sûr, la sécurisation des carrefours et des giratoires reste un élément primordial, trop souvent délaissé, et nécessite une réflexion particulière. Certains départements, comme la Gironde, ont élaboré leur propre référentiel technique qui sera bientôt partagé avec les collectivités du territoire.

 

La communication et la promotion du vélo restent toujours indispensables pour attirer de nouveaux cyclistes

 

La location de moyenne et longue durée de vélo, avec ou sans assistance électrique, est un autre moyen de faire progresser le vélo en zone périurbaine. Ôter les soucis d’entretien et la crainte du vol (la caution étant bien inférieure au prix du vélo) provoque un afflux d’abonnés que connaît une large majorité des collectivités ayant mis en place ce système. Ainsi près de Rennes, la communauté de communes Val d’Ille-Aubigné voit une évolution depuis son lancement en 2013 : alors qu’au début, les utilisateurs avaient tendance à rendre le vélo au terme des deux ans de location, ils sont aujourd’hui une majorité à le garder. Enfin, la communication et la promotion du vélo restent toujours indispensables pour attirer de nouveaux cyclistes, et faire entrer cette alternative à la voiture dans les mœurs.

 

TÉMOIGNAGE
Cibler les collèges pour réorienter les tracés touristiques
« Notre plan cyclable départemental cible les collèges pour réorienter les tracés plutôt touristiques au départ, vers du déplacement quotidien. Les jeunes sont plus ouverts aux changements de comportements : parmi ceux qui choisiront de se rendre au collège à vélo, certains garderont cette habitude ensuite. Dans le cadre de l’appel à projets de l’Ademe, nous avons lancé une étude pour élaborer un schéma de desserte autour des dix plus grands collèges de Gironde. L’objectif est d’identifier les lieux de résidence des élèves et d’aménager des itinéraires sécurisés. Cette opération est menée en partenariat avec les communes. Nous allons d’abord agir dans un périmètre de 3 kilomètres, élargi par la suite à 5 kilomètres d’itinéraires sécurisés. Enfin, une enquête est en cours auprès des 64 000 collégiens de Gironde pour connaître leur pratique modale et la façon dont ils perçoivent les déplacements à vélo. Cette opération vient s’ajouter à des animations comme la semaine de la mobilité, où nous encourageons la pratique du vélo en distribuant des gilets et lumières aux élèves de sixième. »
Benoît Brunet, directeur adjoint des infrastructures au conseil départemental de la Gironde

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>