CEINTURE DE SÉCURITÉ

Abonné

 

Décharge de fonction : pourquoi un vrai tableau des emplois est utile à tout le monde

09/09/2020 | par Annie Letty Keribin | Toute l'actualité

Group of people or office workers sitting around table and discussing work issues against SCRUM task board with sticky notes. Team working under project. Vector illustration in flat cartoon style. ©ADOBESTOCK

Voici venir l’automne : les premières feuilles de « décharges » tombent. Qu’on le souhaite vraiment ou pas, reclasser la question va se poser. Et elle contraint l’élu comme le DGS. Et voilà qu’un respect scrupuleux de la règle offre en réalité à tout le monde un peu de liberté.

L’été a vu l’installation (ou la réinstallation) des équipes politiques et parfois, déjà, l’arrivée du successeur du directeur général (en utilisant l’artifice de DGA ou dircab… le poste n’étant pas juridiquement vacant). Les premiers fonctionnaires sur la sellette qui n’ont pas trouvé de point de chute dans cette phase de mercato, vivent la pseudo période d’observation.

 

Dès le 1er décembre

Lorsque le dialogue le permet ou avec l’assistance d’un tiers (syndicat des directeurs généraux (DG), centre de gestion…), le protocole de fonctionnement prédivorce version loi du 6 août 2019 est rédigé : il pose les accords permettant la continuité du service public (transmission dossiers en cours…), d’écourter la période de cohabitation (notamment avec le travail à distance, ou en utilisant le solde de congés ou le CET lorsqu’il existe…) tout en permettant à l’agent de rebondir dans les meilleurs délais et conditions (accompagnement psychologique si besoin, financement bilan de compétences ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?