publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

Le sujet des oeuvres indisponibles et orphelines est important pour nos métiers et mérite qu’on s’y attarde une fois de plus. La loi du 1er mars a encore été largement commentée pendant la semaine écoulée. L’IABD s’est en particulier prononcée sur le sort réservé par la loi aux oeuvres orphelines et sur les contraintes qu’elle fait peser sur leur reproduction et leur diffusion en rendant éditeurs et sociétés de gestion collective tout-puissants. Delfeil de Ton a également réagi sur BibliObs, qualifiant de « truanderie magnifique » ces pleins pouvoirs accordés aux éditeurs et la dépossession qu’ils entraînent pour les auteurs. David Monniaux relève quant à lui qu’on se dirige vers la censure organisée d’oeuvres jugées moralement inadéquates. Il s’inquiète des propos tenus par le Président de la Société des gens de lettres, qui souhaite mettre en place un « comité de vigilance » chargé de veiller à ce qu’on ne numérise pas n’importe quoi. Le hold-up des éditeurs est donc total et les enfers des bibliothèques ont encore de beaux jours devant eux…

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité