publicité

Des formules d’abonnement
sur mesure 

PARIS IMPOSSIBLE ?

 

Faut-il encourager la métropolisation ?

10/08/2015 | par Roger Morin | Toute l'actualité

Fotolia_5103817_pôles métropolitains ©Brian Weed - Fotolia.com

Dans un « Acte III » de la décentralisation dont la cohérence laisse à désirer, les métropoles font figure de grandes gagnantes. Dans le discours dominant, elles sont les seules à avoir les atouts indispensables pour réussir dans la mondialisation. Mais jusqu’à quel point la concentration de population et d’équipements qu’implique le développement métropolitain est-elle soutenable ?

Cette avancée institutionnelle ne fait que traduire, tardivement dans le cas français, une évolution socio-économique très spectaculaire : nos 15 plus grandes agglomérations regroupent aujourd’hui 40 % de la population ; ce sont elles qui résistent le mieux à la crise et bénéficient de la grande majorité des créations d’emplois. Il y aurait donc comme une évidence métropolitaine, qu’il reviendrait aux politiques publiques de soutenir à tout prix.

 

Hors de la métropolisation, point de salut ?

Pour la plupart des économistes, seules les métropoles détiennent les atouts indispensables à une insertion réussie dans la mondialisation. D’abord parce qu’elles possèdent les « fonctions économiques supérieures » qui conditionnent la participation gagnante à la création et à la circulation des richesses : formation, recherche, services aux entreprises, finance, accessibilité, attractivité pour les élites créatives… Ensuite, et la compréhension de ce paradoxe est plus récente, parce qu’on assiste, dans un monde qui semblait s’être affranchi des distances grâce à l’essor des transports et des TIC, à un retour en force de la proximité et du territoire.

Ce n’est pas seulement la détention de fonctions importantes qui fait la force des métropoles, c’est surtout le fait de les avoir rassemblées, dans une proximité physique propice aux rencontres et aux coopérations. La « surproductivité » des métropoles trouve là son origine : la masse critique d’expertises qu’elles mettent en synergie a valeur d’écosystème, propice à l’innovation et aux dynamiques entrepreneuriales. Voilà pourquoi la métropolisation triomphe dans le monde, dont les 10 premières régions urbaines, accueillant 6 % de la population, produisent plus de 40 % du PIB et 70 à 80 % des technologies.

 

La métropolisation : limites et dégâts

Il n’y aurait donc qu’à s’inscrire au plus vite dans cet irrésistible mouvement, et nous n’aurions que trop tardé à le faire. Prendre ce parti oblige pourtant à faire peu de cas de deux types de problèmes.

Le premier souci a trait au développement métropolitain lui-même : jusqu’à quel point la concentration de population et d’équipements qu’il implique est-elle soutenable ? La métropole tire sa force de la densité et de la fluidité, qui ne sont pas facilement conciliables : à preuve les phénomènes de congestion que toutes les grandes agglomérations ont beaucoup de mal à gérer en matière de transports et de logement. Aucune métropole, parce que leur gigantisme en rend la gouvernance difficile, ne maîtrise bien les phénomènes de ségrégation sociale au centre et de dispersion anarchique de population dans les couronnes périphériques. Autant la réussite économique des métropoles peut sembler convaincante, autant leur capacité à « faire société » est incertaine.

 

Deuxième source d’interrogations : les effets de la métropolisation sur les autres territoires. C’est le principal procès qui lui est fait : reposant sur la concentration des activités, elle condamnerait, par son principe même, les périphéries lointaines et leurs habitants à l’abandon. À l’encontre de ce reproche, les tenants de la métropolisation font valoir le rôle redistributif des métropoles : les richesses qu’elles créent irriguent les territoires environnants par une multitude de canaux : fiscalité et financement de services, économie résidentielle… Force est cependant de constater que cette redistribution bénéfique de richesses s’atténue avec l’éloignement, et repose sur des financements publics dont l’avenir est incertain. Certains défenseurs de la métropolisation vont d’ailleurs jusqu’au bout de leur logique et admettent qu’elle implique de se défaire du fantasme d’égalité des territoires.

 

Jusqu’à quel point la concentration de population et d’équipements qu’implique le développement métropolitain est-elle soutenable ?

 

Apprivoiser ou récuser la métropolisation ?

Il y a donc trop d’incertitudes quant aux vertus de la métropolisation pour qu’on puisse en avaliser, au nom de seules exigences économiques, l’inéluctable essor. Les inquiétudes qu’elle suscite nourrissent la recherche d’alternatives, dans deux directions sensiblement différentes.

La première option consiste à « faire avec », en acceptant ce qu’elle a d’incontournable – le développement des fonctions métropolitaines – sans entrer dans la logique d’hyperconcentration qui la rendrait désastreuse. Ce parti pris conduit à une vision de la métropole en réseau – celle de P. Veltz notamment quand il évoque un modèle français conjuguant Paris relié aux métropoles secondaires par le TGV – tirant sa force de la qualité des liens établis entre les pôles et leurs périphéries. Pari ambitieux que ce projet de « métropolisation diffuse » ; tournant le dos à la facilité que présente la concentration d’activités au cœur des métropoles, il implique du coup le développement de coopérations que seule une action publique forte, portée par des régions puissantes et un état qui joue pleinement son rôle, pourrait permettre.

Pari impossible ? C’est la thèse des critiques les plus radicaux de la métropolisation, pour lesquels celle-ci, machine de guerre dans la concurrence généralisée, a par essence partie liée avec la mondialisation néolibérale. Expression d’un « consensus élitaire autour de l’impératif productiviste » (G. Pinson), elle incarne à la fois la prédominance accordée à l’économie au détriment des exigences sociales et environnementales, et la dérive inégalitaire dont elle s’accompagne, puisque c’est dans les métropoles que vivent les 10 % de la population qui détiennent 85 % de la richesse mondiale. Ainsi caractérisée, la métropolisation fait figure d’impasse dont il faut se dégager au profit d’un développement collectivement maîtrisé, reposant sur la relocalisation des activités et l’économie de proximité.

La métropolisation cultivée, aménagée ou récusée : trois scénarios dont le débat public gagnerait à se saisir plus explicitement que ce n’est le cas aujourd’hui.

 

Approfondir le sujet

Faut-il encourager la métropolisation ?

POUR

• C’est dans les métropoles ou villes-régions que se construit l’écosystème relationnel au sein duquel les innovations peuvent éclore, sur fond de compétence collective, de coopérations faciles et organisées, de confiance partagée. (P. Veltz)

• Pour nos pays, l’existence de métropoles attractives et rayonnantes au plan international n’est pas une option. C’est une question de survie. (Pierre Veltz)

 • C’est précisément en déséquilibrant les territoires que les métropoles contribuent à leur dynamique. (Yves Morvan)

• La compétitivité de notre pays se trouve aujourd’hui dans des villes toujours plus denses et fluides et de moins en moins dans les territoires périphériques ou diffus.

• Le corollaire est que les territoires périphériques sont voués à décrocher. (L. Davezies)

 CONTRE

• Il n’y a pas de corrélation directe entre croissance métropolitaine et dynamisme régional. Les pays les plus innovants d’Europe ne concentrent pas leurs laboratoires, leur R & D et leur innovation dans leurs capitales. (G. Baudelle)

• Les villes actives, compétitives et attractives seraient nécessairement des villes plus équitables, plus durables et plus démocratiques. À notre sens, ce lien est loin d’être avéré : la capacité de mobilisation et d’action des élites peut se traduire par une dérive oligarchique et postdémocratique des villes. (G. Pinson)

• Le modèle métropolitain ne fait pas société. Il délaisse toute une France périphérique, où l’on retrouve désormais les actifs et les retraités les plus précaires. (C. Gulluy)

 

 

Références

Bibliographie :

- ¶Les ouvrages de Laurent Davezies, Pierre Veltz, J. Lévy, M. Lussault, Christophe Guilluy, Christian Saint-Etienne, A. Bourdin

- L’urbain métropolisé français dans la mondialisation (Michel Lussault) http://territoires2040.datar.gouv.fr/spip.php?article83&revue=1

- Métropoles franches et régions agencifiées (G. Pinson, D. Galimberti) Pouvoirs Locaux n° 96 I/2013

- Des métropoles ingouvernables aux métropoles oligarchiques (G. Pinson) (DATAR – Territoires 2040 n° 1)

- La métropole : entre réalité géographique et enjeux institutionnels, quelles perspectives de gouvernance ? (travail mené en 2010 par cinq élèves adm. Territ. (A. Ben Miled, J.F. Giunti, O. Hermez, M. Renon, B. Taloc) en formation à l’Inet) pour le compte de l’AMGVF).

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité