publicité

Philip Sion, ingénieur réseau & télécoms au conseil général des Bouches-du-Rhône, vient d’être suspendu de ses fonctions par sa direction, qui estime qu’il n’a pas respecté son devoir de réserve. L’intéressé avait lancé quelques jours plus tôt Wikileaks13.fr, un site d’ « indignation citoyenne » sur les pratiques jugées illégales des décideurs locaux.
Inspiré par le combat de Julian Assange, le cyberactiviste australien éditeur de WikiLeaks, Philip Sion a lancé le 1er janvier dernier , un site dont la vocation est de révéler les pratiques répréhensibles des administrations marseillaises.
Chef d’Equipe d’Exploitation Systèmes, Réseau & Télécoms au CG13, Philip Sion entend ainsi rendre service à ses concitoyens, victimes selon lui d’un mauvais usage de l’argent public : « puisqu’on refuse de me laisser améliorer les choses de l’intérieur, je dois le faire de l’extérieur. Pour dénoncer ce qui est mal, ce qui est faux, ce qui est courbe et contraire à l’intérêt d’une ville magnifique et de celui de tous ses habitants » explique ainsi le « manifeste » publié sur son site, qui encourage ses collègues à témoigner anonymement pour rompre l’omerta, aussi appelée dans les institutions « devoir de réserve », [qui] a été conçue pour réduire au silence les fonctionnaires trop bavards. ».
Animé par cette ambition, il publie sur le site des courriers internes, des documents confidentiels, et même l’enregistrement sonore d’une commission administrative paritaire.
Le conseil général n’a visiblement pas apprécié cette croisade pour la transparence… Il estime dans un communiqué que Philip Sion a « diffusé des informations pouvant porter atteinte ou susceptibles de porter atteinte à l’institution départementale ainsi qu’à des élus et à des fonctionnaires », et annonce qu’à ce titre elle l’a suspendu dans l’attente d’un conseil de discipline. « Je reconnais avoir failli à mon devoir de réserve, mais je ne pouvais pas rester les bras ballants, j’aime Marseille, j’y suis né et je continuerai à dénoncer l’inacceptable » a réagi l’ingénieur, interrogé par lepoint.fr.
Source : La Quotidienne
NB : vous pouvez retrouver le portrait de Philip Sion qu’avait publié Techni.Cités, intitulé « Agitateur de réseaux », dans le n°164 du 23 février 2009

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité