ERRARE HUMANUM EST

Abonné

 

« Je suis un cadre, mais j’ai des fêlures »

25/11/2020 | par Thomas Eisinger | Perso

oeuf_felure © akifcelikel-stok

Un management érigeant le culte de la performance et de l'avant-gardisme en stratégie monolithique de communication, en interne comme externe : so 2000 ! Aujourd'hui, on écoute avec plus d'attention et de respect la personne qui vient partager avec vous ses maladresses diverses et ses méprises multiples. Encore faut-il que son organisation d'origine soit réceptive à une telle démarche...

Article initialement publié le 17 mars 2015

 

Les magazines grand public surfent depuis quelques années sur cette tendance (1). Les réseaux professionnels n’hésitent plus à y faire ouvertement référence (2)

 

Besoin de votre vide, pas de votre plein

 

Honnêtement, que nous a apporté cette dernière décennie où seules les réussites étaient mises en avant dans nos échanges professionnels ? Un court-termisme certain dans l’ingénierie financière et de projet, qui s’est traduit par des partenariats public-privé, emprunts structurés et autres innovations dont nous découvrons progressivement le coût réel.

Il est rassurant de sortir de cette course à la performance.

Une illusion que nous avions tous un impératif catégorique à être des pionniers dans nos domaines respectifs, alors les sciences sociales ont démontré, premièrement, que nous n’en avions pas tous les aptitudes (votre serviteur le premier) et deuxièmement ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?