CEST MOI QUI L'AI FAIT !

Abonné

 

L’implication au travail, une valeur en baisse ?

14/09/2015 | par François-Xavier Nerden | Management d'équipe

implication_travail © Samuel Burt

Comme une évidence managériale, l’implication des salariés est un vieux fantasme de dirigeant. Sans que ce dernier ne réfléchisse vraiment aux conditions nécessaires à cette implication. Voilà l’occasion de mener une réflexion managériale de fond.

Que les personnes s’impliquent dans leur travail est un vieux fantasme de dirigeant. Attendre que ses collaborateurs fassent spontanément plus que ce qui est attendu en termes d’horaires ou de quantité de travail, qu’ils cherchent à le faire autrement ou au-delà de ce qui est requis par la fiche de poste…

Rien de plus naturel que de rêver à l’engagement de tous dans la réalisation d’un but collectif auquel on s’estime soi-même entièrement dévoué. Mais concilier la réalité de ses activités avec l’idéal que l’on a de soi-même est une expérience rare, notamment dans la vie professionnelle.

 

Travailler moins ou moins longtemps

On ne peut pas dire que l’implication soit une valeur en hausse dans un monde pétri d’individualisme, où chacun souhaite travailler moins, ou moins longtemps.

Dans une société, le quotidien est fait de situations, de décisions majeures avec prises de risque, ou mineures et sans intérêt, qui ne donnent pas forcément l’envie de s’impliquer. Pas ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?