LA CONNAISSANCE DU POUVOIR

Temporairement en accès libre

 

Avez-vous un knowledge manager dans vos équipes?

11/09/2015 | par Christine Cathiard | Management d'équipe

Le knowledge management est la gestion des connaissances ©Geralt/CCO Public Domain

Le knowledge management est la gestion des connaissances

« La gestion des connaissances au service de la performance », ainsi pourrait-on résumer le knowledge management. Le point avec un livre qui vient de sortir* sur une philosophie qui a déjà 30 ans… et qui est encore peu répandue. Pourtant au quotidien, la gestion de la connaissance dans une organisation peut faciliter bien des projets !

Le knowledge management répond à une nécessité, celle de rendre l’organisation plus compétitive, plus réactive et de réduire le temps entre l’idée et la réalisation. A l’origine plusieurs constats :
- sensation de tout réinventer à chaque projet ;
- situation de blocage suite au départ d’un collaborateur clé ;
- longueur des délais ;
- difficulté de communication ;
- problème de convergence des compétences.

La connaissance (knowledge) devient le facteur de développement et de succès le plus important.

 

C’est quoi le knowledge management ?

Le knowledge management et les TIC

CCO Public Domain Le knowledge management et les TIC, un beau couple

 

La gestion des connaissances peut se voir comme un processus de création et de diffusion des savoirs qui implique tous les acteurs de l’organisation. C’est une approche qui tente de manager des items aussi divers que pensées, idées, intuitions, pratiques, expériences… En résumé : « Apportez-moi l’information dont j’ai besoin, au moment où j’en ai besoin, et si possible sans que j’en fasse la demande »-

Avec les outils 2.0 un saut qualitatif a été fait : le knowledge management et la coopération sont au cœur des organisations (ou pas !). Les systèmes d’information et le management accueillent ces nouveaux outils qui facilitent le partage du savoir pour répondre à des enjeux managériaux. Le mind mapping est l’un de ces outils par exemple.

 

A lire sur ce sujet cet article sur la nouvelle vie du knowledge management.

 

La perte d’un employé est une perte de connaissance

La seule façon de répondre à ce problème spécifique est d’offrir une place stratégique au service RH : lui donner les moyens pour évaluer la perte du savoir lors du départ d’un collaborateur et les effets qui en découlent. Une communication efficace entre la GRH et la GPEC est essentielle.

 

Le rôle du knowledge manager

La circulation de l'information est essentielle

CCO/public Domain La circulation de l’information est essentielle

C’est à lui de faciliter les interactions entre les collaborateurs pour fluidifier la circulation des connaissances grâce aux techniques de l’information et de la communication. C’est un sujet sensible, et un poste sensible : il côtoie plusieurs domaines et réfère à plusieurs tabous (management, groupes, cloisonnement des collaborateurs, information à sens unique, rétention d’information, le système informatique).

 

Vous en avez un sans le savoir !

Ce rôle peut être tenu par un chef de service ou un responsable opérationnel qui a mis en place des procédures pour préserver, mettre à disposition et enrichir les connaissances de ses collaborateurs comme :
- lors de chaque lancement d’un nouveau projet, créer un dossier sur un serveur ;
- valider avec les administrateurs réseaux l’espace disponible sur le serveur ;
- communiquer avec les collaborateurs pour faire ressortir les retours d’expérience.

 

Et au quotidien pour moi, manager, ça veut dire quoi ?

Tout ceci est très questionnant

CCO Public Domain Tout ceci est très questionnant n’est-ce pas?

Est-ce que je dois favoriser une logique de flux ou de stock ? Qu’est-ce que ça m’apporte au quotidien le knowledge management  ? Privilégier les flux, c’est privilégier les interactions entre les individus, par exemple en mettant en place une COP (Community Of Practices, Communauté des pratiques).

Privilégier le stock, c’est focaliser la démarche sur le document, la ressource : faire sortir la tête des individus de leurs connaissances et les inscrire sur papier pour faciliter la circulation.

Par exemple : créer une Foire aux questions ou préparer un argumentaire informel pour sensibiliser les acteurs potentiels du projet dans des lieux informels…

 

 

*Knowledge management en entreprise, de Virgile Lungu aux éditions Gereso

 

Abonnement

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>