SYMBOLIQUE

Abonné

 

Cumul des mandats : dans morose, il y a rose !

19/12/2016 | par Anne Batailler | Toute l'actualité

morosite ©Artur Marciniec - fotolia

Dans quelques mois maintenant, la fin du cumul des mandats va s'imposer. Angoissante pour les uns, pleine d'espoir pour les autres, cette mesure bienvenue a tout de la révolution.

La vie des collectivités est ainsi faite qu’elle est d’abord rythmée par les échéances électorales. Mais l’année 2017 comporte d’ores et déjà une nouveauté qui enflamme bon nombre de contrées. Promulgués le 14 février 2014, les textes interdisant à un parlementaire d’exercer aussi une fonction de chef ou d’adjoint d’un exécutif local vont entrer partiellement en vigueur à partir de juillet 2017. En clair le député-maire est mort (vive le député-maire !) et toutes les autres combinaisons avec, puisque ça marche avec président de l’agglo, etc.

 

À l’ombre du grand homme

Élus en 2014 pour 6 ans, certains magistrats municipaux vont devoir s’effacer au profit d’un successeur désigné par leur majorité. Ils vont achever le mandat en cours avant de se présenter éventuellement au suffrage comme tête de liste d’ici trois ans. On peut commencer par avoir une pensée pour les dauphins élevés dans l’ombre du grand homme et ainsi appelés aux ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?