PLACE NETTE

Abonné

 

La réduction de la masse salariale, une politique ?

28/03/2017 | par Patrick Martin-Genier | RH

Fotolia_110076123_XSreduction_masse_salariale © freshidea - fotolia

L’élection présidentielle promet des jours sombres aux collectivités. Entre réduction du nombre de fonctionnaires, suppression de la taxe d’habitation, baisse des subventions… on en est davantage aux menaces qu’aux promesses. Mais même avec de la bonne volonté, les collectivités pourront-elles absorber une nouvelle cure d’austérité ?

L’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai constitue un enjeu très important pour les collectivités locales, même si le citoyen ne voit pas le rapport immédiatement. Depuis quelques années sont pointées du doigt, par la Cour des comptes, les dépenses de fonctionnement des collectivités territoriales, notamment dans les communes.

 

Une maîtrise des dépenses de fonctionnement

La juridiction financière a pourtant reconnu qu’en 2015-2016, ces dépenses ont été contrôlées. Mais la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoires décidées sous le gouvernement de Manuel Valls oblige ces dernières à réduire leurs ambitions, non seulement en ce qui concerne les dépenses de personnel.

Un candidat propose d’exonérer 80 % des ménages français de la taxe d’habitation. Une telle exonération serait compensée par l’État. Or, il est constant que, depuis des décennies, les collectivités locales ne s’y retrouvent plus sous l’effet connu sous le nom « ciseau », c’est-à-dire l’écart entre ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?