DOSSIER

 

Dossier : un jour, je me suis planté

04/12/2017 | par La Rédaction | Perso

DOSSIER_UN jour je me suis plante © Brian Jackson _ adobestock

Se tromper, ça arrive à tout le monde. On a décidé d’adapter le précepte de Nelson Mandela (« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends ») pour mettre en pratique ce droit à l’erreur que revendiquent tant de territoriaux. Allez, en route pour un chemin où l’on apprend de ses échecs.

 Les articles déjà publiés :

Un jour, je me suis planté : je n’ai pas su déléguer

Un jour, je me suis planté : je n’ai pas voulu recadrer un collaborateur

Un jour, je me suis planté : j’ai donné des objectifs ambigus

• Un jour, je me suis plantéje n’ai pas reconnu mes erreurs

• Un jour, je me suis planté : je ne me suis pas montré disponible

• Un jour, je me suis plantéje me suis montré indifférent à la souffrance d’un de mes collaborateurs

• Un jour, je me suis planté : j’ai sous-estimé la difficulté à manager d’anciens collègues

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>