TAKE CARE

Abonné

 

Il faut préserver la motivation des fonctionnaires territoriaux

20/02/2020 | par Patrick Martin-Genier | RH

RH_OUV_©Richard-Villalon--AdobeStock_166220233

Si le fonctionnaire territorial a le devoir d’être impliqué, il a aussi le droit d’être bien traité. Ce n’est plus vraiment le cas depuis des années. Quand donnera-t-on autant aux territoriaux qu’on leur réclame ?

Les agents et cadres de la fonction publique territoriale sont par essence motivés. Non pas que les fonctionnaires d’État ne le soient pas, mais la nature de ces deux fonctions publiques, qui est de servir le citoyen, est différente.

 

Lire aussi : Faire face à l’ambiance dégradée au travail

 

Un métier au plus proche du terrain

Le fonctionnaire d’État est souvent noyé dans un anonymat administratif qui le dépasse quand le fonctionnaire territorial est au plus proche du terrain. C’est le cas dans les petites communes, mais aussi dans les moyennes et grandes, enfin dans les intercommunalités qui prennent de plus en plus d’ampleur.

 

La tentation est toujours de faire du personnel la variable d’ajustement

 

Le fait de savoir que le projet pour lequel le fonctionnaire territorial travaille, d’en voir la réalisation concrète sur le terrain qu’il s’agisse d’un équipement ou d’une politique publique, est ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?