FORCE DE LA FAIBLESSE

Abonné

 

Le pouvoir de la vulnérabilité en management : avoir le courage d’être imparfait

26/10/2020 | par Laurence Malherbe | Perso

souris - rat - symbole - éléphant - ambition - grand - taille - concept - objectif ©AdobeStock

Nous avons appris pendant tellement longtemps qu’il fallait paraître fort à tout prix, que cacher ses faiblesses relève du réflexe. La crise nous permet pourtant de voir les avantages que chacun peut tirer d’un monde où l’on est plus sincère sur ses zones de fragilité. Certains tentent même de prouver qu’on peut en faire une grande force individuelle et collective.

Le caractère inédit de la crise sanitaire que le monde traverse depuis plusieurs mois maintenant, sans solutions pérennes à ce jour, a fait basculer la planète, ses gouvernants et tous ses habitants au-delà de l’incertitude, du côté de l’inconnu. On découvre, ce qu’Edgar Morin rappelle inlassablement à chacune de ses interventions, qu’il faut « apprendre à vivre avec l’incertitude » !

 

Autre prise de conscience collective, celle de notre fragilité et donc de notre vulnérabilité, face à la maladie, qui rappelle combien les métiers du « prendre soin » sont essentiels, mais également dans la gestion de cette crise jusqu’au plus haut niveau de l’État.

 

Faire de notre vulnérabilité une force

Et pourtant, nous restons conditionnés par des « drivers », ces messages entendus dans notre enfance, puis répétés et qui influencent souvent inconsciemment nos comportements : « sois parfait », « fais plaisir » et… « sois fort », autant de marqueurs de bien des pratiques managériales ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?