ÉGALITÉ VS FATALITÉ

Abonné

 

« Dis-moi ce que tu finances, je te dirai qui tu exclus »

16/11/2020 | par Claire Lafon | Finances

Symbol for unequal payment. Gender symbols on different high stacks of coins. ©AdobeStock

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous faites tous les ans des « budgets genrés », car ils bénéficient largement plus aux hommes. Il est donc temps de passer à la « budgétisation sensible au genre » (BSG). « Dégenrer » les budgets, c’est prendre en compte les inégalités femmes-hommes dès leur élaboration. Et ça marche.

Un budget public est financé à parts égales par les impôts des citoyens et des citoyennes. Ce budget devrait donc logiquement bénéficier autant aux administrés des deux sexes. Pourtant, nos villes sont encore faites par et pour les hommes. L’attribution des enveloppes publiques n’est pas neutre en termes de genre.

 

Lire aussi : DP2 : la mixité avant tout dans les cours d’école

 

Les petites filles décrochent des loisirs publics

C’est le constat que font les géographes français spécialistes du genre Yves Raibaud et Édith Maruéjouls, qui montrent que les filles sont deux fois moins nombreuses que les garçons à pratiquer des activités sportives subventionnées par les municipalités. Des installations traditionnelles qu’on pensait neutres, comme les skateparks ou les stades, sont en fait utilisés à 95 % par des garçons. Et 75 % des budgets publics destinés aux loisirs des jeunes bénéficient aux garçons, tous loisirs ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?