FERMÉ POUR TRAVAUX

Abonné

 

Les maires en ordre de marche pour la défense des commerces

14/12/2020 | par Emmanuel Legrand | Juridique

commerces fermés -covid ©AdobeStock

La fermeture des commerces « non essentiels » pendant le second confinement aura donc fait des dégâts. Les maires, qui depuis des années se battent pour sauver leurs centres-villes ou leurs centres-bourgs, ont dû employer la voie juridique pour faire valoir leurs principes. Car cette histoire est davantage une question de principes.

Ceci restera peut-être comme un marqueur du second confinement : la fermeture des commerces non alimentaires a entraîné une réaction des maires, sous forme d’arrêtés municipaux autorisant ce que les décrets gouvernementaux ont fermé (1). La réaction semble avoir été assez généralisée sur le territoire et ne peut se rattacher à un courant politique unique.

 

Lire aussi : Le Covid-19 change le visage de la justice

 

Des années d’efforts anéanties

On peut la croire sincèrement prise dans l’intérêt de la défense des commerçants, dont la plupart des maires œuvrent à longueur de temps pour concourir au maintien. La détresse des commerçants et indépendants est une réalité poignante (2), mais la défense de l’intérêt général local est un devoir d’élu. Un des paradoxes de la situation est d’ailleurs que c’est aussi avec l’argent public que les centres-villes et centre-bourgs ne disparaissent pas, mais que ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?