VIVRE ENSEMBLE

 

Pour un modèle social véritablement inclusif porté par les territoires

28/01/2021 | par Pierre Suc-Mella | Actualités

colored pencils on a gray background ©AdobeStock

Avec un peu de recul, la crise du Covid nous aura mis à disposition bien des outils pour changer. Montée en puissance de l’attention à l’autre, reconnaissance de l’interdépendance… la nécessité d’une approche plus inclusive nous apparaît comme une évidence. Avec, à la clé, l’opportunité et la nécessité, de changer de modèle.

La survenue de la crise sanitaire a renforcé le sentiment partagé que nous sommes arrivés au bout d’un modèle et qu’il nous faut, plus que jamais, passer à une nouvelle société. Cette crise a été la partie visible de la remise en cause, profonde et plus ou moins latente, de notre modèle de société. Elle fait ressortir avec force les limites rencontrées dans les différents  arbitrages rendus jusqu’alors sur les questions essentielles.

 

Toute une prise de conscience

L’une de ces questions est la conciliation entre l’intérêt individuel et celui du groupe. Elle est apparue dans toute sa complexité avec les mesures de confinement qui ont dû être prises pour la moitié de l’humanité. D’un côté, cette crise a fait jaillir comme une évidence ce qui semblait perdu de vue : l’interdépendance.

 

L’entraide et l’ouverture à l’autre sont probablement en train de prendre plus d’importance

 

Nous avons pris particulièrement conscience que nous sommes très dépendants des autres, tout en comprenant que nous n’accordons pas suffisamment d’attention à toutes les personnes qui interviennent au quotidien pour répondre à nos besoins. Dans le cadre du confinement, les éloges auprès de toutes les fonctions habituellement peu mises en valeur n’ont pas cessé, à juste titre.

C’est toute une prise de conscience de l’importance de l’environnement local et des services de proximité, habituellement peu valorisés, qui a eu lieu. On a même entendu une demande, assez inhabituelle en France au regard de notre tradition jacobine, de plus de décentralisation. Il y a bien eu le signe d’un renouvellement du rapport à la proximité, qui n’est plus apparue comme un élément secondaire mais bien comme le niveau permettant d’accomplir les actes courageux du quotidien, redonnant toute son importance à l’action territoriale. L’entraide et l’ouverture à l’autre sont probablement en train de prendre plus d’importance que notre valorisation habituelle du rapport de forces, confirmant la tendance d’un nouveau regard sur les activités du « prendre soin » et de la sphère domestique.

 

L’adoption d’un comportement d’intérêt général

D’un autre côté, l’arbitrage entre intérêt individuel et intérêt du groupe s’est posé d’une manière renouvelée. Au-delà de l’objectif fondamental d’éviter un grand nombre de décès, notamment de personnes âgées ou fragiles, et de réduire le risque de voir évoluer un virus incontrôlable, les mesures de confinement et toutes les restrictions imposées ont aussi démontré la nécessité de ce raisonnement nouveau qu’il nous faut désormais adopter. Il ne s’agit pas seulement de penser en fonction de l’intérêt d’une majorité de personnes ou en fonction seulement de la situation individuelle la plus courante (la situation « normale » que vivent la plupart des membres de la société), mais de protéger chacune et chacun, quelle que soit la situation qu’elle ou il subit, en adaptant son environnement, avec des conséquences qui impactent la nécessité d’une approche inclusive qui est implicitement apparue, à tout le monde.

 

On doit raisonner, pour les usages, en fonction de la diversité des situations possibles

 

En fait, c’est la nécessité d’une approche inclusive qui est implicitement apparue, avec l’adoption d’un comportement d’intérêt général qui offre en même temps les conditions possibles et futures du développement de chacun des individus dans une même société. On retrouve un raisonnement qui est le même que celui de la recherche de l’accessibilité, corollaire de l’approche inclusive : désormais, quand on construit une nouvelle rue, il doit être évident qu’on ne doit pas, pour son usage, raisonner uniquement en fonction du profil de personne le plus répandu, mais en fonction de la diversité des situations possibles, qui, sinon, renforcent les situations de handicap.

 

Faire advenir un nouveau modèle social

Nous pouvons toutefois mettre en évidence que cette approche fondée sur l’attention à l’autre n’est pas nécessairement consensuelle. La crise sanitaire montre ainsi, tout à la fois, l’intérêt de l’approche inclusive pour une société plus intéressante mais aussi le chemin qu’il reste à parcourir dans le développement d’une culture véritablement inclusive. Le contexte actuel est plus que jamais propice à l’élaboration de propositions et de débats pour faire advenir un nouveau modèle social. Pris dans l’impératif de la rentrée et du rebond de la crise sanitaire, nous ne devons pas oublier cet objectif si évident. Nous souhaitons y contribuer pleinement en montrant jusqu’à quel point l’approche inclusive est pertinente.

 

Une société véritablement inclusive permettrait de s’épanouir individuellement tout en contribuant directement à l’intérêt général

 

Une société véritablement inclusive permettrait de s’épanouir individuellement tout en contribuant directement à l’intérêt général, de vivre le présent pleinement tout en assurant les conditions pour un futur possible et désirable, et d’être dans une recherche d’équilibre tout en faisant la promotion de l’intensité de nos vies. C’est pourquoi l’approche inclusive peut être le vecteur de l’affirmation de cette nouvelle société que les territoriaux — en proximité des besoins du quotidien et avec la capacité d’action adéquate — peuvent faire advenir pour répondre au besoin de transformation sociale et de nouveau cap mobilisateur.

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>