LE MÉRITE D'ÊTRE CLAIR

Abonné

 

Menus de substitution : ni obligatoires, ni interdits ?

22/02/2021 | par Eric Lanzarone | Toute l'actualité

Woman giving plate with tasty food to girl in school canteen ©AdobeStock

En ces temps de débats irrationnels sur la laïcité, peut-on encore servir des repas alternatifs dans les cantines scolaires ? Le Conseil d’État, dans un arrêt d’un grand équilibre, tranche la question. Mais sans doute l’affaire n’est pas finie.

« Je préfère manger à la cantine/Avec les copains et les copines » (1). La qualité des repas « riz collant et semblant de blanquette, coquillettes et viande suspecte » n’a pas laissé à l’endroit de nombreux anciens usagers de souvenirs indélébile, mais chacun de nous, à travers une discussion, un regard échangé, un mot, a été marqué indéfectiblement par la fameuse cantoche. En France, environ 6 millions d’enfants fréquentent les restaurants scolaires, services publics particuliers et dont la création pour les collectivités locales compétentes s’avère facultative.

Pour autant, c’est bien près de 80 % des communes qui en sont dotées (2). C’est dire si la question des menus de restauration scolaire apparaît de prime abord comme une incongruité.

 

Les menus de substitution visent seulement à permettre aux enfants de choisir un autre plat que celui qui serait contraire à leurs croyances

 

Mais, il n’en est rien ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?