Embellissement

 

Asphalt art, l’aménagement réversible

27/04/2021 | par Marjolaine Koch | Toute l'actualité

Kansas City, (a) Tehya Riley, Parker Story, Alex Eickhoff, Stephanie Bloss-Foley, (p)BP copie ©Tehya Riley, Parker Story, Alex Eickhoff, Stephanie Bloss-Foley, (p)BP

Agile, peu cher, participatif, l’asphalt art, qui consiste à peindre une fresque au sol, est un moyen avantageux de changer l’atmosphère d’une rue ou d’un croisement tout en valorisant le lieu et les habitants.

De plus en plus de mairies s’emparent de l’asphalt art (1) pour réaménager à moindres frais une portion de rue ou un croisement. Un moyen d’embellir en adoptant les codes du street art version policée. Ce dernier, phénomène spontané et éphémère qui échappait aux autorités et aux élus, est devenu au fil du temps un outil dont certaines municipalités ont su s’emparer pour valoriser un quartier, opérer une transition sur un entrepôt, une usine sur le point d’être rasés. Dans certaines villes, le street art est même devenu un outil de marketing territorial, par exemple à Grenoble où la ville s’en sert comme d’un outil de valorisation grâce à la propagation des clichés de fresques murales sur les réseaux sociaux.

 

Mainstream ?

Après avoir investi les façades aveugles d’immeubles et des murs dont la grisaille a été revêtue d’atours plus compatibles avec l’image souhaitée par la ville, les pouvoirs publics semblent comprendre le potentiel et la portée de ce type de projet. Des ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?