Le 14 novembre dernier, la Commission des affaires économiques du Sénat a décidé de saisir l’Opecst (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques) pour que soient étudiées « les solutions alternatives à la fracturation pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste ».

C’est sans aucun doute la suite du message envoyé par le Président de la république lors de sa conférence de presse. Il avait en effet affirmé que la fracturation hydraulique était interdite mais qu’à l’inverse les techniques alternatives ne l’étaient pas.

Le danger est qu’un certain nombre de demandes de permis de forage soient demandés sous prétexte de prétendues techniques alternatives.

Ce débat réouvert sur l’exploitation des gaz de schiste risque bien d’entraîner une véritable fracture au sein de la majorité !

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>