C'EST PAS DU GÂTEAU

Abonné

 

Travailler avec un autre, c’est vivre ensemble !

03/02/2014 | par Frédérique Debout | Opinion/Débat

Chien_chats_LCT ©Orlovic

La coopération (c’est-à-dire travailler avec un autre) suppose toujours un compromis à la fois technique et social car travailler, ce n’est pas seulement produire, c’est toujours également vivre ensemble. Ce vivre ensemble ne va pas de soi, il suppose la mobilisation de la volonté des travailleurs.

Les conditions de la coopération

Pour pouvoir se mettre en place, la coopération a besoin de deux éléments : de la confiance pour étayer les liens sociaux et l’établissement de lieux de délibération démocratique. La qualité de vie au travail et les règles définissant le travail bien fait naissent au sein des collectifs de travail. Pour qu’ils soient vivants, il faut qu’ils soient des lieux de délibération. La dispute professionnelle, cela s’organise aussi… tout au moins en partie. Il ne s’agit pas de causer pour causer, ni de faire des réunions pour faire des réunions. La « réunionite » ne permet pas les échanges.

Indépendamment des consignes, au travail surviennent toujours des imprévus, des anomalies, des pannes… Ça ne se déroule jamais comme prévu. Travailler, c’est se trouver confronté à l’échec, au doute, à la peur et pour surmonter cela, les collectifs de travail sont fondamentaux.

Les règles communes à suivre au travail sont données d’une part par l’institution (ici on ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?