ÇA COINCE

Abonné

 

Dépenses d’action sociale : les départements pris dans l’étau

11/02/2014 | par Nicolas Braemer | Finances

Vise Glenn McKechnie ©Glenn McKechnie

Pour les départements, toujours étouffés par des dépenses contraintes et des droits de mutation incertains, les années se suivent et se ressemblent : cette année ne sera encore pas celle de l’investissement.

En 2013, l’épargne brute des départements a connu un nouveau repli : – 7,7%, après – 13,6% l’année précédente. L’effet de ciseau est là : les recettes courantes stagnent (+ 1,7%) et les dépenses de gestion montent (+ 3,1%). Même si elles augmentent légèrement (+ 2,1%), les recettes fiscales (les 2/3 des ressources départementales quand même) sont plombées par la chute des droits de mutation (- 9,4%). Du coup, on est obligés de recourir à la fiscalité directe

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?