FRANCHEMENT...

Abonné

 

Recrutement dans la FPT : le copinage est marginal

17/03/2014 | par Camille Mialot | RH

copinage ©timsa - istock

Pour s'adapter à la décentralisation, la fonction publique territoriale a bel et bien évolué en qualité de service et donc de compétences de ses agents. Il est essentiel que certains hauts-fonctionnaires d'État en prennent conscience...

« Je ne peux pas admettre qu’aujourd’hui, près de la moitié des recrutements dans la fonction publique territoriale se fassent sans le minimum de garanties qu’une entreprise privée met en place, c’est-à-dire des entretiens. Qu’est-ce que cela donnera dans vingt-cinq ans, des gens qui ont été recrutés par clientélisme, copinage politique ? Le statut, fondamentalement, sert à protéger le citoyen. Et pour protéger le citoyen, il faut entourer les recrutements de garanties. »
C’est par ces mots pour le moins définitifs que Bernard Pêcheur, président de la section de l’intérieur du Conseil d’État, s’indigne dans un entretien récemment donné dans l’Actualité juridique du droit administratif. Il ne nous semble pas utile de répondre à cette attaque tout aussi erronée que maladroite venant d’une institution dont les membres sont précisément presque pour moitié recrutés pour des motifs qui tiennent moins à leurs talents de juristes qu’à leur proximité au pouvoir.

 

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Connectez-vous

avec vos identifiants
La Lettre du cadre territorial

Pas encore abonné ?