REVUE DE PRESSE

 

Ecotaxe : morte et enterrée, elle n’a jamais autant fait parler d’elle !

23/06/2014 | par Christine Cathiard | Actualités

bremsspur ©Friedberg-fotolia.com

"L'écotaxe concernera les poids lourds de plus de 3,5 tonnes circulant sur un réseau de 4 000 kilomètres de routes nationales et locales qui supportent un important trafic " peut-on lire sur le site officiel du gouvernement. Morte et enterrée ou moribonde, où en est-on ? Revue de presse du jour sur le sujet...

L’écotaxe c’est quoi ?

Le péage de transit poids lourds met en oeuvre le principe de l’utilisateur/payeur et du pollueur/payeur.  Les axes routiers concernés complètent ainsi le réseau concédé. Le nouveau dispositif et la définition du nouveau réseau prennent la forme d’un amendement au projet de loi de finances rectificative 2014 qui sera soumis au vote du Parlement en juillet. 4 000 km de routes nationales et locales seront concernées par le péage de transit poids lourds. Il s’agit des grands axes routiers qui concentrent les trafics les plus élevés, c’est-à-dire là où il y a un trafic supérieur à 2 500 poids lourds par jour. Cela correspond aux grands itinéraires traversant le pays sans péage et à des barreaux routiers parallèles aux autoroutes à péage tels que la RN4 entre Paris et l’Est de la France, et la RN10 entre Bordeaux et Poitiers. En savoir plus ici.

Ségolène, Mélenchon et Cosse

C’est une vidéo et c’est Libération qui la propose. Où on reparle de l’écotaxe (oui encore) avec Ségolène Royale, ministre de l’écologie, qui dit que l’écotaxe est « morte et enterrée », que c’est une « solution de bon sens » et que « ça rapportera 500 millions d’euros », que « la Bretagne sera complètement épargnée »…pendant que d’autres (Emmanuel Cosse EELV) ne sont pas…tout à fait d’accord ! Il faut taxer, « mais pas de manière absurde » selon Mélenchon…

Quelle recette brute attendue ?

Selon le Monde.fr, la recette brute attendue de la nouvelle redevance serait de l’ordre de 550 à 560 millions d’euros, affectés à l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), contre 800 millions d’euros escomptés annuellement dans la précédente formule. « La tarification se fera avec un taux moyen de 13 centimes d’euro par kilomètre, modulable en fonction de la distance parcourue, du niveau de pollution et du nombre d’essieux des camions. »

Les compensations à Ecomouv 

L’Etat devra verser des compensations à Ecomouv, titre le Figaro, car l’État se reconnaît «débiteur» de la société Écomouv’, initialement chargée de lever cette taxe. « L’État avait engagé un bras de fer avec la société Ecomouv’, chargée de collecter l’écotaxe. La société française, détenue à 70% par le groupe italien Atlantia, a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec le gouvernement français pour mettre fin au conflit qui les opposait depuis la suspension de l‘ecotaxe. L’accord «résout le contentieux complexe survenu le 29 octobre 2013 suite à la décision du gouvernement de repousser l’introduction de l’écotaxe», initialement prévue le 1er janvier 2014, a expliqué Atlantia. »

 

 

Approfondir le sujet

L’entrée en vigueur de l’écotaxe avait été fixée au 1er janvier 2014 par un arrêté du 2 octobre 2013 des ministres en charge des transports et du budget. Cet arrêté a été abrogé par l’arrêté du 28 novembre 2013.

Références

 

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires (votre adresse e-mail ne sera pas publiée)

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>