3DS : la loi OK boomer

Eric Landot

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

3DS : la loi OK boomer

© Adobestock

Une loi pour rien la loi 3DS ? Pas sûr, mais pas non plus une loi qui révolutionne quoi que ce soit. Le symbole d’une décentralisation qui n’invente plus rien, et qui se contente de petites scènes de ménages.

Les grandes lois de décentralisation de 1982 fêtent leurs 40 ans. Alors, on a fait un gâteau. Un gros gâteau pour que tiennent toutes ces bougies. Pour le mille-feuille, s’imposait un gâteau à plusieurs couches. Fallait-il en mettre 4 (4D) ? ou 3 (3D) ? On a fini par un entre-deux  : on a appelé « 3DS » ce gros « layer cake ».

Ben oui. Car 40 ans, c’est l’âge du compromis entre les idéaux de jeunesse et les réalités de l’âge mûr qui pointe à l’horizon. L’âge des accommodements entre la faim de vivre et le régime contre ces rondeurs venues avec l’âge.

| Lire aussi :  " Loi 3DS : un accord inespéré pour la différenciation territoriale |

Rêver ou se résigner

La loi 3DS symbolise à elle seule cette petite crise du mi-âge. Celle où l’on hésite entre encore rêver ou se résigner. Alors on a une loi en surpoids. Une loi morne. Une loi ennuyeuse mais qui corrige tant de petites choses qui ne marchent plus trop dans notre corps territorial déjà alourdi.

Des réformettes : OK. Mais plus de grande réforme de la décentralisation, car depuis 40 ans on en a soupé.

Des ajustements, voire un peu de frisson : OK. Mais plus de grands bouleversements.

Se houspiller, entre État et collectivités, sans trop y croire, presque par habitude, toujours sur les transferts ou la tenue des comptes.

| Lire aussi :  " Attractivité de la fonction publique territoriale : un rapport pour rien |

Ressusciter le couple commune-département

Faire un peu bouger les lignes, OK. Mais en laissant derrière nous les traumatismes des quinquennats Sarkozy Hollande (réformes autoritaires de 2010, 2014 et 2015 ; coupes dans la DGF entre 2013 et  2017).

Et, surtout, surtout, OK pour remettre de la crème dans chaque couche du mille-feuille, en ressuscitant le couple commune-département.

Au risque de perdre tout horizon pour la décentralisation, tel un quadra qui préfère regarder son compte épargne que de regarder un avenir qui grisonne.

Une loi 3DS qui s’ajuste à l’évolution de notre tour de taille : OK. Mais pas de loi qui nous donne un nouvel élan.

Une loi qui règle deux ou trois litiges dans notre vieux couple formé avec l’Etat : OK. Mais sans changer la routine, sans casser les codes. Ce n’est plus de notre âge. Déjà.

Se houspiller entre État et collectivités, toujours sur les transferts de tâches ménagères ou sur la tenue des comptes : OK. Mais sans trop y croire, presque par habitude. Sans aucune thérapie de couple.

Une loi pour quadra vivant déjà comme un sexagénaire : OK. Une loi OK boomer.

| Lire aussi :  " Éditorial - Une décentralisation au service du climat |

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Avec Hélène Guillet, le syndicat des DG prend une nouvelle direction

Avec Hélène Guillet, le syndicat des DG prend une nouvelle direction

Hélène Guillet a été élue présidente nationale du Syndicat Nationale des DG des collectivités. Une nouvelle étape commence.Le Syndicat National des DG a élu sa nouvelle présidente, Hélène Guillet, lors de la conférence nationale...

19/09/2022 |
Pascal Planchet : " Le secteur sauvegardé issu de la loi Malraux reste un modèle à suivre"

Interview

Pascal Planchet : " Le secteur sauvegardé issu de la loi Malraux reste un modèle à suivre"

Maisons France Services : l’État récupère la mise

Maisons France Services : l’État récupère la mise

Comment motiver les acteurs du solaire ?

Comment motiver les acteurs du solaire ?

Plus d'articles