Actualités de l'éducation artistique et culturelle

La Rédaction

Sujets relatifs :

,

Qu'il s'agisse du récent colloque national organisé fin mai par le Département de l'Hérault ou des projets primés dans le cadre du prix de l'audace artistique et culturelle mis en place cette année par les ministères de la Culture et de l'Education nationale, les expériences locales ne manquent pas.

La Ville de Rennes soutient par exemple le centre d'art contemporain La Criée pour ses résidences d'artistes dans des écoles maternelles et dans ce cadre Lucas Grandin a ainsi développé durant 4 semaines  avec les élèves de l'école maternelle Jean Moulin (Rennes, Villejean) un projet de construction et de projection sur le thème de "la cité idéale. Il en est de même de la ville de Lyon avec l'Association EnfanceArt et Langage, ou à Toulouse notamment pour la danse avec le dispositif  Passeport pour l'art.

Hérault Musique  Danse a initié, après un an et demi de préparation, une classe artistique dans un collège  classé en ZEP du quartier de la Paillade à Montpellier, au départ une classe de 6ème choisie au hasard (la différenciant en cela d'une CHAM ou CHAD),  et bénéficiant d'un itinéraire artistique durant quatre ans (on peut voir sur leur site une vidéo de présentation de cette classe innovante aux effets positifs incontestables). Chaque professeur cède 20% de son temps au profit de pratiques artistiques intégrées au temps scolaire. Ce que j'ai trouvé formidable, ce n'est pas seulement  que le constat d'un temps trop court pour pratiquer de la danse (55mn) a conduit à étendre les plages d'EAC à 1h30, mais que cela a été un ferment de changement pour tout le collège, puisque décision a été prise  de généraliser cette mesure à toutes les classes ! La présentation du rapport scientifique d'évaluation (par l'équipe d'Alain Kerlan) aura lieu le 12 juin prochain à Montpellier, mais cette action est d'ores et déjà répertoriée dans l'Expérithèque (Bibliothèque des expérimentations pédagogiques) du ministère de l'Education nationale (lire aussi l'article de Jeanne-Claire Fumet su le site du Café pédagogique).

Dans le nord Libournais, la politique  d'EAC de la Communauté d'agglomération développe des parcours d'éducation artistique et culturelle (et leur évaluation) avec trois parcours (théâtre, poésie & arts visuels, arts du cirque)  pour 40 classes de CM1 et CM2 (1 000 élèves), avec la perspective d'une continuation dans les collèges du secteur (des territoires de convergence). Le financement est assuré à 81% par les collectivités (63% par la CALI, 15% par l'IDDAC de la Gironde, et 3% par deux villes) et à 17% par l'Etat (13% par la DRAC + 4% par l'EN hors formation). On le voit, les territoires de l'éducation artistique et culturelle présentent une grande variété.

Pendant ce temps-là,  la loi pour la refondation de l'école est toujours en discussion au Parlement. Au Sénat, l'article 6 du projet de loi pour la refondation de l'école relatif à l'EAC a été modifié le 22 mai, à l'occasion d'un amendement du groupe CRC (sénateurs membres du PC et apparentés). En raison d'une grande confusion sur  l'articulation des  temps de l'enfant, sur le rapport entre enseignement et expérience (le savoir et le savoir-faire et être), sur le lien entre les programmes et les actions de partenariat... l'article 6 affirme dorénavant  que «l'éducation artistique et culturelle est principalement fondée sur les enseignements artistiques. » Tout cela  parce qu'Annie David (CRC, Isère) avait peur que l'EAC soit « renvoyée au temps extra ou périscolaire de manière inégalitaire, en fonction de la situation de chaque territoire, on a pensé que cet amendement permettait de « réaffirmer la responsabilité de l'État, pour lutter contre les inégalités », et le ministre tenant à l'approbation de la majorité sénatoriale a accepté cet amendement. Ce texte est maintenant revenu à l'Assemblée nationale avant un probable passage en commission mixte paritaire.

A l'Assemblée nationale, la commission des affaires culturelles et de l'éducation a retouché, le 29 mai, la rédaction du même projet de loi sur l'ouverture des établissements scolaires (collèges et lycées), suite à l'adoption de deux amendements : l'ouverture des locaux et des équipements scolaires "est sans doute souhaitable, mais il importe que leur utilisation soit liée à un objectif d'éducation et de formation" et non plus à des "besoins de l'éducation populaire, de la vie citoyenne et des pratiques culturelles et artistiques". Sans commentaires...

La discussion de cette loi en séance publique démarre le 3 juin. Quoi qu'il en soit, de passionnants projets se développent sur le terrain, grâce à des volontés politiques, à l'engagement d'enseignants, de services culturels/éducatifs de collectivités et de structures artistiques. Là est l'important.

François Deschamps

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles