Administrateurs territoriaux : innover, convaincre, s’exporter

Fabien Tastet

Sujets relatifs :

,
Administrateurs territoriaux : innover, convaincre, s’exporter

Lasserpedec15_tastet

© Lasserpe

Les administrateurs territoriaux se battent pour faire valoir leur expertise dans un monde territorial qui change à grande vitesse. Ils peuvent se prévaloir d’un certain nombre de réussites récentes, signe de leur capacité à se faire entendre. Mais il reste des portes à forcer.

Article publié le 6 novembre 2015

L’activité de l’Association des administrateurs territoriaux de France, intense et multiforme, se laisse difficilement résumer par une formule. À tenter l’exercice, je dirais qu’en ce deuxième semestre 2015, l’AATF poursuivra ses combats pour que les administrateurs continuent de convaincre, d’innover et de s’exporter.

Les deux succès de la loi « Notre »

D’abord convaincre, pour faire avancer nos idées, comme ce fut le cas dans le cadre de la séquence législatives qui s’achève avec la loi « Notre ». Deux succès, entre autres, méritent d’être relevés.

Tout d’abord, grâce à la mobilisation de toutes les associations composantes de l’Entente, dont nous fêterons aux ETS le premier anniversaire, la protection des emplois fonctionnels des collectivités fusionnées a pu être assurée. Que ceux qui dénoncent l’incapacité du monde territorial à se faire entendre mesurent le chemin parcouru entre ce résultat et la version initiale du projet de loi qui faisait disparaître les emplois fonctionnels en question, au mépris de l’esprit de la loi de 1984 et au risque de porter atteinte à la continuité des services publics.

Que ceux qui dénoncent l’incapacité du monde territorial à se faire entendre mesurent le chemin parcouru.

Ensuite, l’observatoire de la gestion publique locale voit le jour. La validation de cette revendication continue de l’AATF, loin de constituer un gadget technocratique, crée, pour la première fois dans notre pays, auprès des pouvoirs publics, une structure d’expertise comportant à parité des fonctionnaires d’État et des fonctionnaires territoriaux.

Défendre nos positions de dirigeants territoriaux

Convaincre, pour faire reconnaître notre agilité et défendre nos positions de dirigeants territoriaux dans l’encadrement supérieur alors que la concurrence est plus que jamais exacerbée. La stabilité du nombre d’administrateurs territoriaux DGS de département (45 avant et après les élections) est un bon signal. L’intensification des échanges avec les exécutifs territoriaux et le renforcement des partenariats avec les associations d’élus sont à notre agenda.

La stabilité du nombre d’administrateurs territoriaux DGS de département (45 avant et après les élections) est un bon signal.

Convaincre que les collègues qui nous succéderont doivent avoir toutes les cartes en main pour réussir. La création en juin, à notre demande, du conseil de perfectionnement auprès de l’Inet, comprenant notamment une représentation des élèves et des associations professionnelles, offre une enceinte collective et publique de discussion des choix de l’école. La question de la prise du premier poste est un sujet prioritaire. Il n’est pas admissible que des collègues puissent demeurer longtemps sans recrutement et, pire, perdent le bénéfice du concours.

Lire aussi : De nouveaux concours pour les administrateurs territoriaux

Pionniers de nouvelles formes de management

Ensuite, innover. Avec la loi « Notre » s’achève la mise en place des nouveaux schémas institutionnels de nos collectivités locales. Pour autant, leur gestion est à réinventer. La baisse durable et généralisée des ressources financières, l’impact des nouvelles technologies, l’évolution du profil sociologique des agents, la transformation de la demande sociétale, l’effet de taille issu des fusions à venir appellent de nouvelles formes de management dont les administrateurs territoriaux peuvent être les pionniers.

L’AATF vient de décider d’engager une initiative majeure en matière d’innovation managériale et de nouveaux outils de gestion. Elle vise à connecter les travaux de laboratoires d’idées et des expérimentations en collectivité locale pour soutenir, diffuser, capitaliser les bonnes pratiques.

Les portes s’ouvrent… un peu

Enfin, exporter nos talents vers d’autres univers professionnels car la décision publique s’améliore quand les acteurs qui y contribuent sont de profils différents. La carrière s’enrichit quand elle emprunte plusieurs chemins. Grâce au talent des collègues et au travail de l’association, des portes commencent à s’ouvrir. Pour la première fois, un administrateur territorial vient d’être nommé secrétariat général de CMA. Nos positions progressent à la Cour des Comptes, dans les chambres régionales des comptes, à la Caisse des Dépôts, à la ville de Paris, dans les opérateurs, dans les inspections, la préfectorale et nous venons même d’inaugurer des programmes d’échanges avec les cadres du privé à travers l’initiative Regards 2P.

La décision publique s’améliore quand les acteurs qui y contribuent sont de profils différents.

Cependant, le top management de l’administration d’État reste désespérément fermé aux cadres dirigeants qui ne sont pas issus de la FPE. N’attendons pas éternellement que les choses se fassent naturellement. Nous remettrons prochainement des propositions au gouvernement pour favoriser les mobilités à l’État. Et comme ce fut le cas en son temps pour le genre, nous demanderons que des quotas de diversification professionnelle soient mis en place dans les nominations de directions d’administration centrale.

Ces combats de l’association sont aussi notre contribution à la défense d’un secteur public local qui a besoin de la mobilisation de tous pour faire face à ceux qui, injustement, le flétrissent.

Lire aussi : Parcours professionnels, carrières et rémunérations : tentons d'y voir clair

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Funérailles laïques, RIFSEEP, accueil des migrants, management combatif, niveau de la mer, loi Egalim… Retrouvez tous les articles parus dans notre numéro de mars de La Lettre du cadre...

14/10/2021 |
Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

La chasse aux mégots a commencé

La chasse aux mégots a commencé

La gentille préfète et le grand autoroutier

La gentille préfète et le grand autoroutier

Plus d'articles