Agence de notation financière

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les agences de notation financière sont des entreprises indépendantes qui établissent, une appréciation du risque de solvabilité financière d'une entreprise, d'un Etat, d'une collectivité locale (communes, départements, régions) ou d'une opération financière.


Le rôle des agences de notation est de mesurer le risque de non remboursement des dettes que présente l'emprunteur.

Rôle des agences de notation financière

Le rôle des agences de notation est de mesurer le risque de non remboursement des dettes que présente l'emprunteur. Pour cela, elles construisent des scénarios financiers prévisionnels et évaluent la probabilité que chacun de ces scénarios se réalise à partir de l'examen de la structure future des coûts et des revenus de l'emprunteur.
Contrairement aux agences de notation sociétale, ces agences n'incluent aucun critère environnemental ou social dans leur notation. Les seuls critères d'évaluation pris en compte sont des critères financiers. Par conséquent, ces agences évaluent les risques purement financiers, et non des risques plus globaux en rapport avec des critères de développement durable.

Pour une entreprise, il s'agit des perspectives de développement commercial et financier.
Pour un Etat souverain, il s'agit à la fois de la croissance, de sa capacité à lever l'impôt et de l'évolution prévisible de ses dépenses compte tenu de sa politique budgétaire.

Le système de notation

Chaque agence possède son système de notation. Schématiquement, les notes s'établissent de A à D avec des échelons intermédiaires. Les notes peuvent être ainsi accompagnées d'un « + » ou « - » ou encore d'un « 1 » ou « 2 ».

De manière générale, plus la note est élevée, plus le risque est faible. Les notes AAA correspondent donc à une bonne solvabilité, les notes BBB définissent une solvabilité moyenne, les CCC indiquent un risque très important de non remboursement. Enfin, la note D traduit une situation de faillite de l'emprunteur.

Rémunération des agences

Les agences ne demandent pas toujours rétribution aux Etats qu'elles notent. En revanche, depuis les années 1970, les agences de notation ne sont plus payées par les investisseurs qui utilisent la notation dans leur stratégie d'investissement, mais par les émetteurs des produits soumis à notation.

Impact sur les Etats

Les titres moins bien notés présentent des risques et donc des taux d'intérêt plus élevés. Lorsqu'une entreprise et/ou un Etat subissent une dégradation de leur note, cela a pour conséquence d'augmenter le coût de son financement et d'aggraver les difficultés de l'émetteur. Inversement dans le cas contraire.

Le pouvoir de la notation est d'autant plus considérable qu'elle est devenue une norme utilisée par les régulateurs, alors même que les agences de notation soulignent elles-mêmes qu'elles ne font qu'émettre des opinions.
La pertinence des notations des agences en matière d'évaluation du risque souverain est également sujette à interrogation. Les agences sont loin d'avoir la même expertise dans le domaine des finances publiques que dans le domaine des entreprises où elles bénéficient d'un accès privilégié à leur information financière.
Michel Barnier, compte faire "une évaluation très rapide" des nouvelles règles, pour voir si elles sont suffisantes. Lui-même « pense qu'il faudra aller plus loin », notamment s'agissant des notations de la dette souveraine.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Les missions du référent laïcité ont été précisées

Créé par la loi Séparatisme du 24 août 2021, un référent laïcité doit être présent dans chaque collectivité territoriale. Ses missions ont été précisées par décret du 23 décembre.La loi confortant le respect des principes de...

18/01/2022 | Ressources humaines
Osez la parité !

Osez la parité !

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

L'oeil de la DGS : "Ma pire erreur de manager"

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Les marches publics s’invitent dans la campagne présidentielle (chronique des marchés publics n°10)

Plus d'articles