Agent malade chronique, que peut faire le cadre ?

Rémi Uzan
Agent malade chronique, que peut faire le cadre ?

pendule_coupee

© akindo

Comment encadrer les agents victimes de maladies chroniques ? Quelques mesures de bon sens permettent de soulager tout le monde dans des périodes difficiles.

Certaines études officielles estiment jusqu’à 40 % le taux d’agents malades chroniques dans la fonction publique territoriale (contre 20 % dans la population générale).

Pas de recette toute faite…

Il n’existe pas de recette toute faite pour encadrer des agents en difficulté. Tout dépend de la relation qu’a le manager avec son agent. De la relation de l’agent avec le reste de l’équipe. Voire parfois même du rapport qu’entretient le cadre lui-même avec la maladie. Sachant que le cadre n’est pas non plus à l’abri d’être atteint d’une maladie chronique.

… mais des solutions de bon sens

 Voici quelques questions qui peuvent être posées.

- Le secret professionnel existe, et rien ne peut obliger un agent à parler de sa maladie. Pour autant, quel niveau de connaissance médicale l’agent et le cadre sont-ils prêts à accepter pour gérer au mieux la relation de travail ?
- Dans quelle mesure ce niveau d’informations doit-il être révélé au reste de l’équipe ? L’attitude des collègues est déterminante pour le maintien dans l’emploi.
- Dans quelle mesure les outils du statut (aménagement de poste, temps partiel thérapeutique) peuvent-ils être mobilisés ? Sachant que les procédures sont parfois longues.
- Le cas échéant, il existe une liste par décret des affections donnant droit à une adaptation du poste de travail. Ce décret n’est pas exhaustif et une certaine latitude est laissée aux médecins : celui de la collectivité et ceux du comité médical départemental.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles