Agrocarburants : le serpent de mer européen

La Rédaction

Sujets relatifs :

Chacun s'accorde de plus en plus sur le fait que les agrocarburants (de première génération) ont un impact négatif sur le changement d'affectation des sols et sur les émissions de GES (gaz à effet de serre). L'Ademe a publié plusieurs études sur ce sujet.

C'est dans ce contexte que 100 ONG viennent d'interpeller la Commission européenne sur la nécessité de réformer la législation européenne dans une lettre adressée le 30 avril à José Manuel Barroso, le Président de la Commission.

Parmi les ONG, il y a bien entendu les principales associations environnementalistes des États européens mais pas seulement. On trouve par exemple le Guatemala, l'Indonésie, les Philippines ou la Sierra Leone, des pays qui sont très concernés par l'accaparement des terres.

En l'état actuel, les mesures prises par la Commission sont jugées insuffisantes pour contrer le développement de ces agrocarburants. Ainsi, le rapport que devait remettre Bruxelles avant fin 2010 sur le changement indirect d'affectation des sols s'est simplement conclu par l'impossibilité d'évaluer la rentabilité de ces biocarburants à cause des effets indirects sur la déforestation et l'utilisation des terres. On n'est pas très avancé avec ce type de conclusion !

C'est pourquoi, les ONG demandent à la Commission que le bilan carbone de la production des agrocarburants prenne en compte le changement d'affectation des sols et que ce bilan soit introduit dans deux directives : celle sur les énergies renouvelables et celle sur la qualité des carburants.

On attend donc avec attention la proposition que devrait faire prochainement la Commission mais une réunion extraordinaire des directions générales de l'énergie et du climat le 2 mai dernier n'a débouché sur rien !

Tout le monde est d'accord sur la nécessité de se pencher sur la question mais une opposition entre les deux directives générales bloque la situation. Tout reste donc à régler !

Joël Graindorge, Directeur général des services techniques.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles