Alsace : le FN et ses scores record

La Rédaction

Sujets relatifs :

Le Front national a pratiquement retrouvé ses niveaux record de 1995 et 2002 en Alsace, à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle dimanche. Nicolas Sarkozy a terminé largement en tête au niveau régional, comme en 2007, mais avec un score sensiblement amoindri (32,92% des suffrages exprimés, contre 36,19% cinq ans plus tôt).
Marine Le Pen arrache la deuxième position, avec 22,12%, contre 13,56% en 2007.
François Hollande n'arrive que troisième, avec 19,29%, contre 17,11% à la candidate socialiste Ségolène Royal en 2007.
Dans une région où l'héritage centriste et démocrate-chrétien est fortement ancré, François Bayrou, arrivé deuxième il y a cinq ans, s'effondre à 11,71% (contre 21,41%).

La percée du Front national est particulièrement sensible dans le département du Haut-Rhin, où Marine Le Pen a recueilli 23,43% des suffrages exprimés, contre 14,07% pour son père en 2007. Elle y frôle le score record que celui-ci avait atteint au premier tour de 2002, 23,53%.
En 2007, Nicolas Sarkozy avait réussi à attirer une grande part des électeurs du FN, qui a retrouvé toute sa force en 2012.

Dans le Bas-Rhin, le Front national a totalisé 21,21% des suffrages, contre 13,19% au premier tour de 2007, mais 23,38% déjà en 2002.
Les scores de Marine Le Pen sont moins forts dans les grandes villes de la région, malgré là aussi une sensible progression par rapport à 2007 (11,86% à Strasbourg, 17,50% à Mulhouse et 19,78% à Colmar).
Jean-Luc Mélenchon a obtenu un score plus faible qu'au niveau national, avec 7,30%. Mais le candidat du Front de gauche a atteint 11,37% dans la ville de Strasbourg.

A noter aussi à Strasbourg un score honorable de l'écologiste Eva Joly (4,19%, près du double de sa moyenne nationale). Elle est cependant très loin du score de près de 15% atteint par Europe Écologie Les Verts aux dernières élections régionales.
Malgré son recul, le score de près de 33% du président sortant en Alsace semble confirmer la prééminence de l'UMP dans la perspective des prochaines élections législatives de juin.
Aux dernières élections régionales, la liste conduite par Philippe Richert (UMP) avait atteint le niveau record de 38,6%.
En 1974, Jean-Marie Le Pen, déjà candidat, n'avait attiré sur son nom que 0,4% des électeurs alsaciens.
En 1995 et en 2002, il s'y retrouvait à la première place, avec un quart des suffrages exprimés.
En 2007, Nicolas Sarkozy avait réussi à "aspirer" les voix frontistes, faisant retomber Jean-Marie Le Pen en quatrième position, au même niveau que la moyenne nationale.
Sa fille Marine renoue maintenant avec un score de plus de 22%, supérieur de quatre points à sa moyenne nationale.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Ronan Dantec : "Tout acte d’aménagement et de construction doit être conditionné par le futur du climat"

Ronan Dantec : "Tout acte d’aménagement et de construction doit être conditionné par le futur du climat"

À l’heure de l’éco-anxiété, Ronan Dantec, sénateur (EELV), fait entendre une musique différente. Auteur d’un rapport sénatorial en 2019 sur le sujet (1), président du Comité national d’orientation de l’Office national sur...

21/09/2022 | Espace public
Avec Hélène Guillet, le syndicat des DG prend une nouvelle direction

Avec Hélène Guillet, le syndicat des DG prend une nouvelle direction

"Les collectivités doivent porter une attention particulière aux travailleurs mobiles dans leur politique d’aménagement et de mobilité"

"Les collectivités doivent porter une attention particulière aux travailleurs mobiles dans leur politique d’aménagement et de mobilité"

La politique de la ville, une priorité, vraiment ?

La politique de la ville, une priorité, vraiment ?

Plus d'articles