Anthologie écologiste

Julien Damon

Sujets relatifs :

,
Anthologie écologiste

LIVRE ECOLOGIE

L’écologie, à la fois comme sujet de société et comme science (au carrefour des sciences sociales et naturelles), mérite bien son anthologie. Cette vaste fresque, hantée par le spectre des dégradations et de la surpopulation humaines, est fascinante. Elle rappelle combien le monde est fragile et combien les constats sont solides. Mais les propositions écologistes peuvent-elles être suivies ?
Dans le pavé, d’excellentes pages. Ce gros volume, organisé par Dominique Bourg et Augustin Fragnière, a toute la densité et toute l’originalité pour venir tenir une place de choix dans toute bonne bibliothèque (de «non-fiction» s’entend). Des géographes, des philosophes, des écologues, des botanistes, des ornithologues, des anthropologues, des économistes, des professeurs, mais aussi des autodidactes, sont réunis ici à partir d’une collection d’extraits, certains inédits en français.

Un tour du monde intellectuel de l’écologie

Des quatre coins d’un globe menacé par l’homme et par la technique, on trouve des signatures qui ont posé les jalons et discussions de ce que les deux promoteurs de cette opération éditoriale baptisent «la pensée écologique». Celle-ci trouve des racines chez un Rousseau et un Thoreau, tous les deux férus ravis de l’expérience naturelle. Elle s’élabore avec un Maurice de Tribolet ou un Élisée Reclus, tous les deux inquiets de l’avenir animal. Elle prend toute sa puissance avec un Bertrand de Jouvenel (un des auteurs qui apparaît le plus souvent dans l’anthologie) qui estime nécessaire l’affirmation d’une conscience écologique, et avec un Garrett Hardin, célèbre pour sa mise en évidence de la tragédie des biens communs. Après cette montée chronologique en puissance, ce sont les grands enjeux qui font l’objet à chaque fois d’une introduction érudite et de morceaux généralement aussi bien choisis que ciselés. Dans une rubrique sur la croissance en question, on retrouvera ou trouvera (ce sera selon) André Gorz, Ivan Illich, Edward Goldsmith. Dans une partie sur les enjeux techniques, ce sont les analyses de Jean-Pierre Dupuy, de Hans Jonas, de Jacques Ellul qui nourrissent la pensée écologique. D’autres développements portent sur les enjeux éthiques, juridiques, politiques, mais aussi religieux.

Une terre plus petite

On ne saurait résumer la substance de tout cet ensemble. On notera que lire ou parcourir ces pages amène indéniablement à voir que la terre est chaque jour plus petite, confrontée à des problèmes qui ne sont pas forcément plus grands mais à des perspectives toujours plus graves. L’inquiétude qui traverse ces analyses, jusqu’au potentiel effondrement (à mettre au pluriel), a à voir avec la préoccupation démographique. La lecture conduit à doublement s’interroger sur la finitude humaine et sur l’habitabilité du monde. Ce qui n’est pas rien. L’alternance de fragments de rapports officiels, de développements moins connus et de textes fondateurs confère sa consistance à ce document d’exception. À titre de mini-discussion, on se demandera si «l’écologisme» n’aurait pas été un meilleur titre, dans la mesure où il s’agit explicitement de se situer aux côtés du libéralisme, du conservatisme ou du féminisme. En tout cas, on a là l’assortiment rigoureux des éléments qui font un courant de pensée. Avec ses marques et sa cohérence. Une pièce maîtresse dans toute la production autour de l’écologie, de l’environnement et du développement durable.Dominique Bourg, Augustin Fragnière, La pensée écologique. Une anthologie, Paris, PUF, coll. «L’écologie en questions», 2014, 876 pages, 30euros.

Extraits «Les biens communs, dans la mesure où ils sont justifiables, ne le sont que dans des conditions de faible densité de population. Quand la population humaine a augmenté, les communaux ont dû être abandonnés l’un après l’autre.» (Garrett Hardin). «Généralement notre époque est signalée par une heureuse accentuation de la conscience sociale, mais, en revanche, par une atténuation de ce que l’on pourrait appeler la ‘conscience écologique’.» (Bertrand de Jouvenel).

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles