Appel désespéré (et désespérant)

La Rédaction

Sujets relatifs :

451 professionnels du livre et de l'édition ont lancé un appel dans Le Monde et sur un blog dédié, pour alerter le grand public sur les difficultés que connaît ce secteur (difficultés économiques... et à se remettre en question !) et démolir l'édition électronique qui ne serait pas de la vraie littérature.

Ouvrir un blog, la démarche est surprenante, et même carrément antinomique, pour des pourfendeurs d'Internet et du numérique - pour ainsi dire le diable incarné. On s'étonnera aussi de les voir annoncer une réunion pour réfléchir... en 2013 sur un sujet aussi urgent (depuis au moins 10 ans, voire plus).

Les commentaires n'ont pas manqué d'affluer à propos de cette tribune d'un autre âge, qui rappelle les plus grands moments de la polémique anti-livre de poche en son temps et l'acharnement du clergé contre l'imprimerie. Thierry Crouzet a d'ailleurs fort judicieusement mis en parallèle cet épisode avec l'Appel des 451. D'autres interventions très pertinentes sont à lire chez Rémi Mathis, Authueil et Cécile Arènes. Ils abordent le sujet chacun par un angle différent et au final détricotent le propos des 451 et montrent en quoi ils n'ont vraiment rien compris.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Un nouveau modèle français : passer du tout-État a l’hybride

Dans son livre « Le nouveau modèle français » paru fin 2021, le haut fonctionnaire et essayiste David Djaiz, auteur remarqué de Slow démocratie en 2019, dessine les contours de ce que pourrait être un futur projet pour le pays,...

06/12/2022 |
Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Plus d'articles