Au menu du CNFPT : offre de formation et 2014

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

Au menu du CNFPT : offre de formation et 2014

Capture d’écran 2013-11-06 à 19.05.39

François Deluga a tenu à présenter lui-même l’offre de formation concoctée pour 2014 par le CNFPT. Derrière cette volonté, se cachent quelques actualités et autant de point délicats à gérer pour le centre.
Un petit mot d’abord sur l’actualité du CNFPT. Le Centre fait un cheval de bataille de l’égalité à l’offre de formation et a en particulier, selon les mots de son président, travaillé en direction de l’outre mer pour une « remise à niveau de l’intervention du CNFPT » pour rendre accessible la formation à « chaque agent de toutes les collectivités ». Autre volonté, celle d’achever un changement de stratégie : au lieu de produire une « offre administrée », François Deluga se veut partir de besoins des collectivités et, à partir de là, bâtir une offre de formation qui réponde à ces besoins. Une des manières de connaître ces besoins, dit le patron du CNFPT, c’est de dialoguer avec les collectivités partir des plans de formation (qui ont le double mérite d’être dans le vent et d’êtres produits à la suite d’un minimum de dialogue social). Pour les plus petites collectivités, le CNFPT se propose même d’accompagner l’élaboration de ces plans de formations, par une mutualisation des besoins de différentes collectivités et avec l’aide des centres de gestion.

Une offre dématérialisée

La grande nouveauté de cette année, et qui a valu aux journalistes d’êtres invités à une conférence de presse avec la présidence te direction du CNFPT, c’est la publication d’une offre de formation entièrement dématérialisée. Un catalogue feuilletable de formation, comme d’ailleurs les 780 pages du nouveau répertoire national des métiers), a donc été mis en ligne sur le site du CNFPT. L’idée est d’en finir avec le pavé en papier, couteux à fabrique r et à distribuer, uniquement accessible dans le bureau du DRH, et rendre l’offre accessible à tout agent disposant d’un accès internet. Quitte à créer quelque court circuit- dans les collectivités ? « Ce n’est pas notre intention, s’est défendu Jacques Goubin, directeur de cabinet de François Deluga, la décision de formation restera à l’autorité territoriale, selon le même système d’inscription et de validation qui existe aujourd’hui entre le CNFPT et les collectivités ». François Deluga a quand même insisté sur le fait que, de plus en plus, les inscriptions aux formations se feraient en ligne.Le CNFPT a présenté d’autres nouveauté : un espaces d’e-ressources pour les petites collectivités, destiné à venir en aides secrétaire de mairie, par de l’information en ligne et des forum d’échange ; une démarche basée sur l’innovation pédagogique qui veut, si on a bien compris, ne s’interdire aucun moyens pour former les agents ; la féminisation bienvenue du répertoire des métiers, et son harmonisation avec les répertoires de l’Etat et du privé pour faciliter les passerelles…

5 grandes causes nationales Parallèlement à son offre de formation, le CNFPT entend irriguer son action avec les préoccupations de 5 « grandes causes nationales » que François Deluga a rappelé : - Le développement durable - La lutte contre l'illettrisme - La prise en compte du handicap - La prévention des risques psychosociaux - La lutte contre les discriminations

75 000 emplois jeunes à former en 2014Un des sujets délicat du moment, c’est l’offre de formation en direction des emplois d’avenir. Après les critiques du député Jean-Marc Germain, François Deluga a tenu à mettre les choses au point. Renvoyant le député à une meilleure connaissance du dispositif, le président affirmé qu’en aucun cas, le CNFPT n’avait le droit ni les moyens de fournir une quelconque formation initiale aux emplois d’avenir.L’accord avec l’Etat, a t-il rappelé, prévoit d’abord (quelques mois après leur entrée en collectivité) deux jours de formation d’adaptation au monde local pour les emploi d’avenir, puis, plus tard et pour ceux qui y sont considérés comme aptes, deux autres jours « d’orientation et d’évaluation » à la suite desquels ils rentreront dans le parcours commun de formation du CNFPT. Ceux qui sont considérés comme encore trop justes pour suivre cette seconde formation devront d’abord faire un tour par les PRDF (plans régionaux de développement des formations) des conseils régionaux avant de rentrer ensuite dans le droit commun. Impossible donc, répond t-il à certains députés et missions locales, de faire de la formation initiale : « on ne peut pas nous reprocher de ne pas faire ce que nous n’avons pas le droit de faire ».Mais, assure François Deluga, le CNFPT a fait sienne la priorité gouvernementale de formation des emplois d’avenir: les capacités d’accueil seront donc prêtes pour les 75 000 jeunes à former en 2014, qui ne se heurteront donc à « aucun refus de stage » de la part du Centre. Le patron du CNFPT a d’ailleurs renvoyé les collectivités à leurs responsabilités en rappelant que les emplois d’avenir, en tant que contractuels, faisaient partie intégrante des effectifs territoriaux et jouissaient donc des mêmes droits à la formation que tout un chacun.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

La où nous peinons à offrir des "Pass culture" permettant un accès complet et bon marché à nos musées, les Belges, Suisses et Allemand on une longueur d'avance. Peut-être pourrions-nous nous en inspirer ?Peut-être le haut...

19/10/2021 | Culture
Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Plus d'articles