Bilan d'un arrêté anti-mendicité

La Rédaction

Sujets relatifs :

Un an après la publication d'un arrêté anti-mendicité à Marseille, la mairie, qui se refuse à l'appeler ainsi, estime qu'il aide à sécuriser la ville, tandis que les associations réclament toujours son abrogation même si le texte n'a rien changé à leurs yeux.

Pour Caroline Pozmentier, adjointe au maire UMP en charge de la sécurité et de la prévention de la délinquance, il n'est pas question de revenir sur ce texte qui a "fait ses preuves", selon elle, en aidant à sécuriser la ville, après avoir suscité une vive polémique il y a un an.

"Cet arrêté a facilité le travail de la police. Il y a eu, en un an, à peu près 900 interventions, qui dans 10% des cas ont donné lieu à des verbalisations", affirme l'élue. "Systématiquement, les agents alertent le Samu social", ajoute-t-elle, pour qui il est important de "maintenir un équilibre entre les troubles et l'action humanitaire".

Les associations d'aide aux sans-abri dénoncent toujours un texte "stigmatisant" et réclament son abrogation.

"Cet arrêté n'a pas instauré une chasse permanente aux mendiants", reconnaît Fathi Bouara, directeur régional de la Fondation Abbé Pierre, "mais il sonne comme une volonté de lutter contre les pauvres, et non contre la pauvreté, c'est pour cela que nous demandons son abrogation".

Publié le 17 octobre 2011, le texte prohibe "toute forme de sollicitation ou appel à la quête de nature à entraver la libre circulation des personnes, la commodité du passage dans les voies et espaces publics, l'accès aux immeubles ou, de manière générale, à porter atteinte par ces comportements au bon ordre, à la tranquillité et à la sécurité publique" dans le centre-ville.

Cet arrêté permet aux forces de l'ordre de verbaliser les contrevenants à hauteur de 38 euros.

La Ligue des droits de l'Homme, qui dénonce depuis un an ce dispositif, a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Marseille, mais reconnaît aussi que le texte n'a pas bouleversé la donne. "Je n'ai pas vu de changement", estime Caroline Godard, pour qui cet arrêté vise "surtout les Roms" qui sont de toute façon régulièrement expulsés du centre-ville.

A Paris, de tels arrêtés avaient été pris dans certains quartiers touristiques, mais en juin le nouveau préfet de police de la capitale a décidé de pas les reconduire "dans l'immédiat", faute d'efficacité, le taux de paiement des amendes étant proche de zéro.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Éditorial : Après le congrès des maires : où en est la décentralisation ?

Devant les maires de France, pas contents mais c’est un grand classique, Emmanuel Macron semble avoir choisi et assumé un État déconcentré plus que décentralisé. Dont acte. Pouvons-nous lui suggérer d’aller jusqu’au bout de sa...

24/11/2021 | Décentralisation
L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

L'oeil du DGS : "Inclusion, un mot que j'adore"

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

Projet de loi 3DS  : une nouvelle étape de la décentralisation ?

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

L'œil de la DGS : "Mon métier expliqué à ma fille"

Plus d'articles