C’est comment l’ambiance de travail dans une ville FN pour les fonctionnaires ?

Christine Cathiard

Sujets relatifs :

,
C’est comment l’ambiance de travail dans une ville FN pour les fonctionnaires ?

Henin_Beaumont_

© Kotembal

Plusieurs articles consacrés au sujet cette semaine, dont celui de Metronews, qui plonge au cœur de la ville de Hénin-Beaumont, qui vient d’élire un maire FN, Steeve Briois. Ambiance…
Il y a d'abord ceux qui piaffent. Comme cette employée municipale, "ouvertement sympathisante du Front national", nous explique Metronews. Et puis il y a les altercations, nombreuses... D’après un article du Lab, une  altercation se serait déroulée dans l’enceinte de la mairie, lundi 24 mars, au lendemain du premier tour des municipales qui a vu la victoire de la liste "Hénin-Beaumont, c’est vous !" portée par le secrétaire général du FN, Steeve Briois. Une source proche de l'équipe municipale précise au Lab :« Nous étions en train de discuter normalement avec plusieurs collègues des changements qui allaient arriver à la mairie quand l’un de nos collègues nous a raconté l’attaque dont il avait été victime par cette sympathisante revendiquée du Front national. »Contactée par Le Lab, Marine Tondelier n’a pas été témoin direct de la scène : elle lui a été rapportée. Elle a néanmoins souhaité l’évoquer sur Twitter mardi 25 mars :
Dérapage hier en mairie de HeninBeaumont : une employée FN à son collègue "t'es sur la liste de Schindler, tu vas bientôt prendre le train"
Loin d'être un cas isolé, cette provocation ne serait en fait qu'une parmi d'autres. C'est en tout cas ce qu'affirme une de ses collègues, témoignant pour le Lab, et qui évoque ainsi d'autres sorties du même type durant la campagne, émanant de sympathisants frontistes qui "sentaient qu'ils allaient gagner".Et puis, il y a les autres : "Nous avons beaucoup de gens en souffrance", nous raconte un fonctionnaire, qui dit "jouer les psys depuis trois jours". "Je vois beaucoup de gens passer dans mon bureau, certains sont effondrés, ils demandent à être mutés, ils ne veulent pas rester". Combien ? "Beaucoup, plusieurs dizaines", nous confie cet homme, proche du maire partant. Pour lui, c'est fini. " Mon départ était prévu de longue date, assure-t-il. Moi, ça va, mais j'ai le cœur serré quand je vois tous ces gens effondrés". Et puis il y a sa ville, Hénin-Beaumont. "Elle méritait mieux que cela".

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre de juin/juillet 2022

La dernière Lettre du Cadre vient d'arriver. Au sommaire : ces déchets que nous ne préférons réduire plutôt que réduire, un énième épisode du management en temps de crise, le renouveau des instances médicales dans les...

24/06/2022 |
Tourisme = prime time + CSP+

Tourisme = prime time + CSP+

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

À lire : Faut-il évaluer les enseignants ?

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Hervé Maurey : "sur le ferroviaire, l’État n’a pas de vision stratégique "

Plus d'articles