Dossiers

C'est la rentrée !

La Rédaction

Sujets relatifs :

, ,
Plus de 12 millions d'élèves ont retrouvé le chemin de l'école mardi matin, pour la première rentrée de la gauche, qui renoue avec les créations de postes et la semaine de 4,5 jours dans le primaire pour une partie des écoliers. A l'école Ampère de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Chloé, qui rentre en CE2, est "contente", mais "seulement" parce que l'école permet de "retrouver les copains". Devant une école maternelle de Paris, une petite fille de deux ans et demi, très fière de son cartable à pois roses, est "très contente", mais un peu plus loin, le petit Haaron s'accroche à sa maman et ne "veut pas y aller".842 000 enseignants Comme Chloé et Haaron, 6,7 millions d'écoliers, 3,3 millions de collégiens et 2,13 millions de lycéens retrouvent 842.000 enseignants dans les établissements publics et privés. C'est la rentrée de la "refondation", selon le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon. Des "changements importants ont lieu dès cette rentrée", insiste-t-il, répondant aux critiques de parents ou enseignants qui estiment qu'ils ne verront pas véritablement de différence.Créations de postes Il y a tout d'abord les créations de postes : près de 8.200 (public et privé, profs et autres personnels) sur les 60.000 promis par François Hollande sur le quinquennat. Mais leur visibilité sera réduite par l'arrivée de 60.000 élèves supplémentaires. Environ 80.000 postes ont été supprimés sous la droite. Ces créations permettent de mieux assurer les remplacements. Par ailleurs, les élèves handicapés et les directeurs d'école bénéficieront d'aides supplémentaires. Pour lutter contre l'échec scolaire, l'accent est mis sur le primaire. Cette priorité se traduit par la relance de l'accueil des enfants de moins de 3 ans, le dispositif du "plus de maîtres que de classes" qui permet de travailler en petits groupes et la réforme des rythmes scolaires pour près d'un quart des écoliers du public à cette rentrée.La semaine de 4,5 jours Le retour à la semaine de 4,5 jours en primaire, supprimée en 2008 par la droite, permet d'alléger les journées de classe et vise à lutter contre les inégalités sociales, en donnant à tous les enfants l'accès à des activités périéducatives (artistiques, culturelles, sportives...). CC/AFP

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Mixité sociale : peut-on sortir de l'entre soi ?

Dossiers

Mixité sociale : peut-on sortir de l'entre soi ?

Il y a toujours eu les « quartiers de riches » et les « quartiers de pauvres ». Les ZUP, les ZEP, les QPV, les tactiques de contournement pour envoyer sa progéniture dans la bonne école...Prendre à bras-le-corps la question de...

11/10/2021 | EnfanceÉducation
Et si la mixité sociale passait d'abord par l'école ?

Et si la mixité sociale passait d'abord par l'école ?

La rénovation urbaine, une condition nécessaire mais pas suffisante pour restaurer la mixité sociale

La rénovation urbaine, une condition nécessaire mais pas suffisante pour restaurer la mixité sociale

Franck Périnet, directeur de l’Inet : "Il faut lever le frein psychologique de la diversité sociale"

Interview

Franck Périnet, directeur de l’Inet : "Il faut lever le frein psychologique de la diversité sociale"

Plus d'articles