Ces fonctionnaires qui se suicident...

La Rédaction

Sujets relatifs :

Des inspecteurs du travail, qui dénoncent depuis plusieurs mois des conditions de travail "dégradées", ont défilé jeudi à Nanterre pour exiger la reconnaissance du suicide de deux de leurs collègues comme un accident de travail. Cette marche a eu lieu alors qu'une commission planchait sur la question en préfecture.

A l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-SUD-SNUTEF/FSU, le cortège regroupant environ 250 fonctionnaires selon la police, 400 selon les organisateurs, parti de l'administration territoriale à Nanterre, s'est dirigé vers la préfecture où un sit-in a été improvisé en attendant la fin de la réunion.

Deux suicides
Romain L., inspecteur de 32 ans, s'était donné la mort le 18 janvier dernier. Luc B., âgé de 52 ans, un autre inspecteur et également secrétaire national du syndicat SNUTEFE-FSU, avait mis fin à ses jours en mai 2011, dans des locaux du ministère du Travail.
Derrière une grande banderole noire proclamant: "Suicides au ministère du Travail. Administration coupable", les manifestants ont scandé plusieurs slogans comme "Luc et Romain, reconnaissance" ou "Face au mépris, entrons en résistance". Ils portaient également des roses noires pour honorer la mémoire des disparus et témoigner leur solidarité avec leurs familles, a expliqué à l'AFP Aline Ducrest du Conseil national Sud Travail.
"Nous voulons que le ministre du travail reconnaisse ces suicides comme des accidents du travail. On fonde l'espoir que les membres de la commission puissent entendre la réalité des conditions de travail dans lesquelles Luc travaillait et comprennent que ce geste qui a été de se jeter dans les escaliers du ministère n'est pas un geste neutre", a plaidé Julie Nardin, représentante régionale CGT.

RGPP en cause
Des fonctionnaires mettent également en cause la révision générale des politiques publiques (RGPP) qui "a pour résultat la pressurisation des agents, les contraint à des objectifs chiffrés et désorganise des services, alors que l'administration doit offrir un service de qualité", a commenté Mathieu Le Roch venu de la Dordogne.
Fin mars, la CFDT, la CGT, FO, le SNUTEFE-FSU, SUD et l'Unsa, de l'inspection du travail avaient interpellé collectivement le ministre du Travail Xavier Bertrand pour réclamer la reconnaissance de ces suicides en accident de service. La FSU avait adressé une lettre ouverte en ce sens à Nicolas Sarkozy.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Éditorial : On veut des fonctionnaires !

Éditorial : On veut des fonctionnaires !

Notre service public s’effondre et nous le regardons mourir. Pour notre capacité à faire société comme à affronter les risques à venir, il nous faut réagir.Voilà maintenant un quart de siècle que la fonction publique souffre en...

29/09/2022 |
Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

Les décrets ZAN mettent le feu à la plaine

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

La « Liberté fondamentale » de « vivre dans un environnement respectueux de la santé » : un vieux principe qu’il faudra bien appliquer

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Interview

Olivier Schneider : « l’annonce majeure, c'est le lancement du comité interministériel vélo »

Plus d'articles