abonné

« Choisir, c’est renoncer… pour le mieux ? »

Maud Picart

Sujets relatifs :

« Choisir, c’est renoncer… pour le mieux ? »

© Adobestock

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

La finitude des ressources questionne les équipements et services à maintenir. La redirection écologique pose un cadre pour penser le renoncement et agir pour une justice sociale et environnementale.

« C’est la fin de l’abondance », déclarait Emmanuel Macron il y a quelques mois. Prononcée dans le cadre de la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine, cette déclaration légitime un discours qui peine à se traduire en actes : la nécessité d’établir un contrat social qui respecte les limites planétaires.

| Lire aussi :  Vers des "Affaires du siècle" locales : la lutte contre le changement climatique, nouveau champ de responsabilités pour les collectivités |

Une pression grandissante

Si le diagnostic sur l’urgence[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Éditorial : il faut changer notre rapport au vivant

Éditorial : il faut changer notre rapport au vivant

Conséquence de décennies d'insouciances et de lâcheté, l'effondrement du vivant nous appelle à faire d'urgence autrement. Notre regard doit changer. Mais rien ne se fera sans une solide mise à jour de nos connaissances.La condamnation...

01/02/2023 |
À Forcalquier, le vivre ensemble passe au vert

À Forcalquier, le vivre ensemble passe au vert

Les clés de la réussite de la transformation écologique des territoires - Étape 1 : comprendre et partager les enjeux

Les clés de la réussite de la transformation écologique des territoires - Étape 1 : comprendre et partager les enjeux

 À Issoire, on chauffe gratis, ou presque

À Issoire, on chauffe gratis, ou presque

Plus d'articles