Christian Saint-Etienne : "Marseille-Aix : on peut envisager les premiers chantiers en 2017"

Stéphane Menu

Sujets relatifs :

,
Christian Saint-Etienne :

christian_saint_etienne

© DR

Expert métropolitain, l’économiste Christian Saint-Etienne a rédigé un rapport sur le développement de la future métropole marseillo-aixoise. Il a rencontré durant plusieurs mois, de nombreuses personnalités locales et des acteurs du territoire. À quelques semaines de la naissance d’Aix-Marseille-Provence, il nous aide à mieux comprendre.

Pourquoi créer une métropole pour ce territoire ?

Il existe un phénomène mondial de métropolisation de la croissance. Autrement dit, la dynamique économique se déploie essentiellement dans les métropoles et les territoires intellectuellement stimulants, fiscalement attractifs, aux projets de développement visibles et lisibles par les grands donneurs d’ordre. Donc, les métropoles représentent la bonne échelle pour répondre à la nouvelle nature de l’économie. Aix-Marseille-Provence a, ainsi, vocation à devenir une puissante tête de réseau à la condition qu’elle soit bien gouvernée, c’est-à-dire, à la condition que les trois fonctions clés, que sont le développement économique, le logement et le transport, soient exercées par une seule autorité.

Comment expliquer que cette naissance ait pris du temps ?

La population est confrontée depuis une vingtaine d’années à l’absence d’investissements stratégiques sur ce territoire. Des gens qui habitent Marseille et travaillent à Aix ou à Marignane sont pénalisés par ce manque d’investissements. La méfiance des uns et l’absence d’investissements ont alimenté une crise de défiance collective dans les capacités du territoire à se développer.

Quel sera le premier effet de la métropole pour la population ?

Si tout se passe bien, il y a trois évolutions majeures à attendre. Tout d’abord une accélération du développement économique mais aussi la réalisation d’investissements importants dans le domaine des transports en commun. Il faudrait injecter 7 milliards et construire, notamment, un anneau de Réseau express régional qui inclut Marseille, Aix et Marignane.

Il faudrait injecter 7 milliards et construire, notamment, un anneau de Réseau express régional qui inclut Marseille, Aix et Marignane.

Cela pourrait diviser par deux ou par trois les temps de déplacement et lutter contre le chômage. En effet, beaucoup de gens de Marseille ne peuvent pas aller travailler à Fos et plus généralement dans l’ouest du bassin d’emploi, parce que le temps de trajet et le coût sont trop élevés. La métropole cassera cette barrière à l’emploi. En réduisant les déplacements, on réduira également la pollution… Autre évolution majeure occasionnée par la métropole : le développement de logements intermédiaires. Ceci améliorera considérablement la qualité de vie des habitants. Sans compter sur les investissements nécessaires afin d’anticiper les besoins des start-up, sur le port de Fos, sur le plateau de l’Arbois…

Si vous étiez un acteur de cette métropole quelle serait la première décision que vous prendriez ?

Je constituerais un plan de développement à 15 ans, à horizon 2030, permettant de déterminer où il faut construire les zones d’activités économiques et les zones d’habitations de façon à ce que l’on puisse en déduire les investissements dans le domaine des transports. Je me donnerais jusqu’au mois de mars 2016 pour arrêter les grandes lignes de ce plan. Avant la fin 2016, il faut avoir identifié les grands projets, trouvé les financements, lancé les études. On peut envisager, alors, les premiers coups de pioche en 2017 !

Avant la fin 2016, il faut avoir identifié les grands projets, trouvé les financements, lancé les études.

Comment préserver la proximité et le lien de l’administré avec l’élu le plus près de lui ?

Les conseils de territoire doivent garder la responsabilité de la gestion quotidienne des services. Il ne faut pas surcharger la métropole qui doit se concentrer sur des objectifs stratégiques. La condition de la réussite, c’est de laisser la gestion aux conseils de territoire au moins jusqu’en 2020 voire plus loin !

Qu’est-ce que cela va changer au quotidien ?

Aix-Marseille-Provence peut rapidement, comme je viens de vous le démontrer, permettre la mise en place d’un système de transports développés, le développement de logements de qualité, elle peut multiplier les opportunités d’emploi. C’est un changement complet d’environnement !

On peut imaginer un billet unique de transport de Fos à La Ciotat, les deux villes pôles de la métropole ?

Évidemment, cela peut se faire comme à Paris. Il y aura un système de transports intégrés éventuellement avec un billet unique qui permette de se déplacer sur l’ensemble de la métropole. Si on lance les investissements, ce sont des dizaines de milliers d’emplois qui s’ouvrent sur dix ans.

À partir du moment où il y a un plan d’investissements ambitieux, il faut négocier avec l’État et l’Europe.

Comment trouver les financements nécessaires ?

À partir du moment où il y a un plan d’investissements ambitieux, il faut négocier avec l’État et l’Europe. Car toute l’Europe a intérêt à ce qu’Aix-Marseille-Provence réussisse. Cette métropole est de nature à dynamiser le sud de l’Europe et le bassin méditerranéen.

Au 1er janvier, faut-il s’attendre à un changement visible pour les administrés ?

Si, à partir du mois de mars, on sort un programme d’investissements massifs et qu’on engage un projet totalement ficelé au mois de juin 2016, le monde économique se remet à investir sur place sans attendre ! Tous les grands investisseurs mondiaux qui n’auraient même pas imaginé venir sur le territoire, préférant regarder du côté de Barcelone, Gênes ou Tanger, vont commencer à se dire : « Et si je venais sur ce territoire qui se donne un dessein très ambitieux ? ». Dès que vous montrez que vous êtes un organisme vivant vous attirez à vous tous les autres organismes vivants.

Christian Saint-Étienne est un économiste reconnu, professeur titulaire de la chaire d’économie industrielle au Conservatoire national des arts et métiers depuis 2009. Il est par ailleurs élu, conseiller de Paris et conseiller d’arrondissement dans le 11e arrondissement de Paris. Il est membre des Républicains.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

La où nous peinons à offrir des "Pass culture" permettant un accès complet et bon marché à nos musées, les Belges, Suisses et Allemand on une longueur d'avance. Peut-être pourrions-nous nous en inspirer ?Peut-être le haut...

19/10/2021 | Culture
Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Plus d'articles