Cinq idées reçues qui tuent les centres de villes moyennes (revue de presse)

Christine Cathiard
Cinq idées reçues qui tuent les centres de villes moyennes (revue de presse)

chantier_tram

"Mise en lumière par les résultats du FN en mars 2014, la crise que connaissent les centres des villes moyennes n’en finit plus de s’aggraver" titre les Echos. L'occasion de revenir sur ce déclin, qui s’explique par un contexte économique dégradé, mais qui tient aussi pour beaucoup à la répétition d’erreurs qui auraient pu être évitées. Voici cinq contresens qu’il est urgent de dénoncer, si l’on espère donner un second souffle aux centres de villes moyennes.

1) Une ville moyenne ne fonctionne pas comme une métropole

Entre une ville moyenne et une grande agglomération, la notion de centre-ville est totalement différente. Toutes les villes moyennes disposent bien d’un quartier phare, alors qu'il serait absurde de parler de "centre-ville" à Paris ou à Lyon. Si les métropoles peuvent se permettre d'avoir des lieux de vie qui sont moins dynamiques que d'autres, la crise du centre-ville risque de se révéler d'une gravité extrême pour l'attractivité d'une commune de taille moyenne et de son agglomération.

2) Le développement commercial continu de la périphérie menace inévitablement le centre-ville

3) Les grandes enseignes ne sont pas les concurrentes des petits commerces

4) La voiture n’est pas l’ennemie du centre-ville

5) Faire un peu de tout partout, c’est ne rien faire nulle part

"De cette différence découlent des politiques urbaines bien spécifiques. À titre d'exemple, une ville moyenne aura davantage intérêt à miser sur la fluidité de la circulation automobile en centre-ville quand les grandes métropoles choisiront, elles, de privilégier les mobilités douces. Simple question de bon sens… si la fascination qu'exercent les grandes capitales régionales ne poussait certaines villes moyennes à vouloir les imiter !" nous expliquent les EchosPour lire l'article en entier, voir sur le site des Echos : En savoir plus sur http://www.lesechos.fr

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles