abonné

Comment la Seine-Saint-Denis en a fini avec ses emprunts toxiques

Valéry Molet

Sujets relatifs :

, ,
Comment la Seine-Saint-Denis en a fini avec ses emprunts toxiques

bras_de_fer

© uwimages - fotolia

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

La Lettre du Cadre - édition Abonnés

Depuis plusieurs années, le conseil général de Seine-Saint-Denis se débattait avec ses emprunts toxiques. Il vient de parvenir à un accord pour renégocier 331 millions d’euros de créances à haut risque. Récit d’une sortie de crise.

Article publié le 2 février 2015

Le 3 décembre 2014, le conseil général du 93 annonçait qu’il avait obtenu la renégociation de plusieurs centaines de millions d’euros d’emprunts toxiques avec la Société de financement local (Sfil), l’héritière de la banque franco-belge Dexia. Le lancement des contentieux sur les emprunts toxiques a mis en place un rapport de force et installé le sujet dans le débat public. Voilà comment s’y est pris le département.

90 % de dette toxique

En 2008, lorsque la crise[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Aide à la connexion

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 4 76 65 93 78 (du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@territorial.fr

Nous vous recommandons

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Interview

Anne-Claire Mialot : « Par essence, la rénovation urbaine est résiliente »

Immense chantier à ciel ouvert, la rénovation urbaine poursuit sa route pour changer le cadre de vie des habitants des QPV. D’une certaine manière, elle a ouvert le chemin à la sobriété foncière et énergétique, assure Anne-Claire...

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Interview

Manon Moncoq : « Le respect de l’environnement fait de plus en plus sens »

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Le funéraire public ne veut plus miser sur le cercueil, mais sur l’humain

Les collectivités repensent les usages du cimetière 

Les collectivités repensent les usages du cimetière

Plus d'articles