Comment les collectivités se mobilisent pour constituer un stock de masques

Coralie Donas

Sujets relatifs :

,
Comment les collectivités se mobilisent pour constituer un stock de masques

face protective mask handmade from fashion fabric cloth

© sutichak_Adobestock

Équiper la population en masques, c’est le règne de la débrouille. Voilà comment une communauté de commune, avec ses petits moyens, a organisé la production locale de 13.000 masques en tissu. En s’appuyant entièrement sur les ressources du territoire. Entretien avec Jérôme Vaugoyeau, DGA de la communauté de communes du Castelrenaudais (Indre-et-Loire).

Comment est née la production locale de masques en tissu dans l’intercommunalité ?

Comme tout le monde, nous avons constaté que sur la question des masques, c’était un peu le Far West ! Au niveau national, des masques commandés n’arrivent pas ou sont réquisitionnés. Il semblait plus sûr d’agir localement pour avoir notre propre stock. Nous ne sommes pas en situation d’urgence sanitaire comme dans d’autres régions, mais il y a un peu de pression, les citoyens appellent les collectivités pour se renseigner sur la disponibilité de masques. Nous avons d’abord sollicité les seize communes de l’intercommunalité pour collecter leurs besoins. Nous avons contacté les entreprises de couture du territoire et c’est finalement l’entreprise de chaussures haut de gamme Arche, qui a une usine chez nous, qui a pu répondre à notre demande. Nous avons passé une commande de 13 000 masques, une quantité significative pour justifier le lancement d’une production.

« Il semblait plus sûr d’agir localement pour avoir notre propre stock »

Comment s’organise la fabrication de masques ?

L’entreprise s’engage à produire les masques suivant la norme Afnor. Elle a les élastiques nécessaires, mais pas le tissu. Nous avons donc commandé le tissu auprès d’un acteur grand public, Mondial Tissus, pour le leur fournir. L’entreprise va produire deux mille masques par semaine. Un tiers des treize mille masques seront livrés avant le déconfinement du 11 mai, puis la totalité dans les deux semaines suivantes. Le coût sera d’un peu moins de 5 euros par masque, dont la moitié est prise en charge par le conseil départemental. Nous centralisons le dispositif et les communes paieront chacune en fonction de leur commande. Ce sera complémentaire des masques jetables déjà commandés par le conseil départemental et de ceux qui devraient être fournis par l’État dans les bureaux de tabac.

Au rythme de 2 000 masques par semaine, un tiers des 13 000 masques seront livrés avant le déconfinement du 11 mai

Y a-t-il d’autres initiatives sur le territoire ?

Une quarantaine de couturières se sont manifestées à l’échelle de l’intercommunalité et se sont mises à fabriquer bénévolement des masques en tissu. Nous leur avons fourni du tissu et des élastiques et avons relayé l’initiative auprès des communes. Par ailleurs, dès le début de la crise, des entreprises ont spontanément adapté leur production. Une entreprise de chimie a ainsi produit du gel hydroalcoolique, une autre qui est spécialisée dans les emballages en carton pour le secteur du luxe, a démarré la fabrication de visières. Nous avons communiqué sur ces actions et les avons incitées aussi à s’inscrire sur la plateforme nationale qui recense ces initiatives.

« Dès le début de la crise, des entreprises ont spontanément adapté leur production »

Comment préparez-vous l’après 11 mai ?

Nous discutons avec la région pour mettre en place un dispositif d’avances remboursables pour les petites entreprises. Elles pourraient démarrer à 3.000 euros et monter jusqu’à 10, ou 20.000 euros. Cela sera un dispositif supplémentaire pour les entreprises qui ne peuvent pas solliciter les prêts garantis proposés au niveau national.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Tous les mois, la Lettre du Cadre publie des expériences menées par des collectivités. Urbanisme, transports, marchés publics, mobilités douces… En Corée ou en Colombie, au Canada ou en Suède, aux Pays-Bas… Toutes ces initiatives...

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Un nouveau site (et un nouveau magazine) pour La Lettre du Cadre

Un nouveau site (et un nouveau magazine) pour La Lettre du Cadre

Les dessins de la semaine

Les dessins de la semaine

Plus d'articles