Communiqué FNAPAEF : dépenses consacrées à la dépendance

La Rédaction

Sujets relatifs :

Madame Bachelot confirme dans un communiqué de presse du 5 avril l'amalgame du coût de la dépendance avec les dépenses liées à la maladie,dénoncé par la FNAPAEF.
Selon Madame BACHELOT :"24 milliards d'euros de dépenses publiques sont directement liés en 2010 à la prise en charge de la dépendance chaque année dans notre pays." Une partie de ces dépenses est effectivement supportée par l'assurance maladie mais est directement liée aux besoins spécifiques de la personne âgée dépendante. Par exemple, les dépenses liées aux interventions des masseurs kinésithérapeutes dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) relèvent des dépenses de médecine de ville mais sont effectivement liées à la perte d'autonomie".

Ce qui signifie en clair : avant 60 ans la prise en charge par l'assurance maladie des frais de kinésithérapeutes est un droit. Après 60 ans ces dépenses sont considérées comme une charge pour la collectivité et figurent dans les dépenses "dépendances"!

Amalgamer le coût du soin médical avec le coût de l'accompagnement de « la dépendance », des personnes de plus de 60 ans ne fait que confirmer la politique de discrimination par l'âge pratiquée par la France. Cette différenciation est inacceptable comme le déclarait Madame Françoise Forette (1) dans un récent colloque sur la perte d'autonomie : « Il n'y a aucune raison de comptabiliser toute la prise en charge médicale des personnes âgées comme une prise en charge de la dépendance. »

Notre Fédération, associée au collectif ayant rédigé le « Manifeste pour un vrai cinquième risque », demande « la reconnaissance d'un droit universel au maintien de l'autonomie, indépendamment de l'âge et de l'origine du besoin d'aide et de soin. Concrètement ce nouveau droit a pour but de permettre en complément de l'assurance maladie, le soutien à l'autonomie »- « Sa mise en oeuvre doit reposer sur le principe de solidarité nationale car l'autonomie comme la santé ne sont pas des biens marchands ».

Joëlle LE GALL (Présidente) ; Claudette BRIALIX (Vice-Présidente) ; Marc REYBAUD (Vice-Président)

1. Françoise Forette, professeur de médecine interne et de gériatrie à l'Université de Paris V, Présidente du Conseil de surveillance de l'hôpital Broca, membre du conseil d'administration de la Croix Rouge Française et directeur de la Fondation nationale de gérontologie

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles