Conflit des poubelles à Marseille : pourquoi la communauté urbaine et FO-Territoriaux crient chacun victoire

Nicolas Braemer

Sujets relatifs :

,
Conflit des poubelles à Marseille : pourquoi la communauté urbaine et FO-Territoriaux crient chacun victoire

poubelles2

© Petr-Na - fotolia

Six jours de grève, 4 000 tonnes d’ordures ménagères accumulées… Les Marseillais, fatalistes, ont assisté impuissants à ce énième bras de fer entre Force ouvrière, que l’on présente comme le co-gestionnaire de la ville et de Marseille Provence Métropole, et la communauté urbaine. Mais présenter FO comme le méchant relèverait d’un simplisme hâtif.

Et si MPM avait mal géré la énième grève des poubelles à Marseille ? L’application du contrat local de propreté, négocié avec les syndicats territoriaux, instaurait une journée type de 7 h 30 avec un temps de collecte minimum de 5 heures. Les Marseillais ont en effet pu constater que les rues étaient – légèrement – plus présentables ces dernières semaines.

Mais ce changement de cap organisationnel, notamment en termes d’équilibre des effectifs et d’utilisation des GPS, appelés « mouchards » par les rippers, n’a pas été suffisamment anticipé, aux dires de FO. Son secrétaire général, Patrick Rué, n’a cessé de répéter que cette grève était évitable. FO estime avoir eu gain de cause : renfort de 10 postes, révision de l’utilisation du GPS, organisation d’astreintes rémunérées pour les tournées supplémentaires et embauche plus rapide de chauffeurs vacataires. Des demandes jugées modestes, même par des acteurs extérieurs à FO.

Les Marseillais rêvent d’une ville propre

Dans ce bras de fer symbolique pour savoir « qui a gagné quoi », MPM n’entend pas perdre la guerre des déductions faciles.

Dans ce bras de fer symbolique pour savoir « qui a gagné quoi », MPM n’entend pas perdre la guerre des déductions faciles.

Guy Teissier a réuni le 28 janvier une conférence de presse pour dénoncer « des contre-vérités » et couper court à des analyses hâtives. Il présente son propre bilan : pas d’embauches supplémentaires mais un redéploiement d’agents titulaires ; l’astreinte remplacera désormais les heures supplémentaires pour faire face aux situations exceptionnelles ; le GPS n’a pas de fonction de « flicage » mais d’optimisation des tournées.

MPM se réjouit enfin de ne pas être revenue sur le très signifiant fini-parti. MPM et FO se renvoient la balle, la première reprochant au deuxième d’avoir voulu réinstaurer ce système archaïque, le deuxième assurant qu’il n’en avait nullement l’intention.

Finalement, FO et MPM claironnent des intentions convergentes, à savoir celles qui consisteront à mettre en œuvre du contrat local de propreté qui, à terme, doit faire disparaître Marseille de la liste peu flatteuse des villes sales. Les Marseillais en rêvent !

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

La où nous peinons à offrir des "Pass culture" permettant un accès complet et bon marché à nos musées, les Belges, Suisses et Allemand on une longueur d'avance. Peut-être pourrions-nous nous en inspirer ?Peut-être le haut...

19/10/2021 | Culture
Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Plus d'articles