Consommation : pendant la crise, les mutations continuent

La Rédaction

Sujets relatifs :

Les temps changent, le consommateur aussi. Au début du siècle lorsqu'il avait besoin ou envie d'une automobile, le client économisait le prix du bien. Il attendait la livraison pendant des mois, voire des années pour les produits de luxe, allait chercher sa voiture lui-même à l'usine. En un mot comme en cent, l'important, jusque dans la deuxième moitié du siècle, c'était la possession.

L'accès au crédit, conforté par la sécurité de l'emploi pendant les « trente glorieuses » supprime la partie amont de l'attente, celle qui supposait l'épargne pour pouvoir s'offrir les éléments de confort convoités.

A la fin des années 70, la possession des objets ou des biens n'est plus nécessaire pour les consommateurs qui se dirigent de plus en plus vers des locations de longue ou courte durée.

L'arrivée des technologies de l'information provoque un phénomène analogue dans le monde de la téléphonie et de l'information. Ce qui importe maintenant c'est que la somme versée chaque mois à un opérateur donne accès à l'information ou aux oeuvres de l'esprit. Tous les problèmes rencontrés par les éditeurs de contenus musicaux ou vidéo viennent de leur incapacité à comprendre la mutation qui s'est opérée dans l'esprit de leurs clients.

Le développement du vélo dans les grandes villes transforme l'objet bicyclette en réseau de partage qui répond à cette aspiration centrale, « Où je veux, quand je veux. ». Le produit devient service.

La dernière mutation en date est la production du service par le client. Celui-ci imprime de plus en plus ses factures et ses relevés. Sur les réseaux sociaux, c'est lui qui produit le contenu et qui donne son intérêt au service proposé. Les échecs sur ce type d'entreprise résultent souvent de leur incapacité à atteindre une taille critique qui rend le service attractif.

La crise et les réseaux sociaux préparent la suite de l'évolution avec le partage de services : covoiturage, « crowd funding », circuits courts en agriculture (qui sont bien plus qu'un nouveau circuit de distribution des produits agricoles). La crise incite le consommateur et le citoyen à l'inventivité pour préserver leur mode de vie dans les périodes difficiles.

Le futur s'invente tous les jours. Nul ne sait ce qu'il produira. Mais il faut se rappeler que l'égalité homme-femme dans les sociétés occidentales doit beaucoup plus à la saignée des deux guerres mondiales qu'à tous les engagements féministes qui ont, en fait, accompagné un mouvement de fond de la société né de circonstances exceptionnelles.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

«  Retour  » (provisoire ?) aux 35 heures à la mairie de Paris

Sommée d'instaurer de vraies 35h ans ses services, la mairie de Paris doitt faire des contorsions pour ne pas fâcher ses agents. Quitte à fâcher la préfecture. Jusqu'où l'exercice est-il possible ?Comme toute collectivité, Paris...

24/08/2021 |
Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

Un cycle supérieur de transition pour les dirigeants territoriaux

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

Infographies

"Ça se passe ailleurs", quand les collectivités innovent dans le monde entier

La grande peur de la fonctionnalisation

La grande peur de la fonctionnalisation

Plus d'articles