Coronavirus : est-ce si urgent de convoquer les conseils d’installation des maires ?

Stéphane Menu

Sujets relatifs :

, ,
Coronavirus : est-ce si urgent de convoquer les conseils d’installation des maires ?

Session of Government. Conference room or seminar meeting room in business event. Academic classroom training course in lecture hall. blurred businessmen talking. modern bright office indoor

© Adobestcok

Les conseillers municipaux élus au premier tour des élections municipales de dimanche dernier pourront, à titre dérogatoire des mesures de confinement décidées contre le coronavirus, se réunir entre les 20 et 22 mars pour élire leur maire, mais à huis clos et en respectant les mesures barrières. Certains Dgs et élus s’indignent.

Les conseils municipaux sont complets dans 30.125 communes à l’issue du premier tour. Le second tour ne concernera « que » 4.900 communes sur un total de 35.000, soit un électeur sur trois inscrits. Pour limiter le nombre de personnes lors de la réunion des conseils municipaux cette fin de semaine, les conseillers empêchés pourront donner à tout membre du conseil un pouvoir de voter en leur nom. Mais la présence de la majorité des membres en exercice est nécessaire, précise dans une note l’Association des maires de France (AMF), afin que le quorum soit atteint. L’AMF est d’ailleurs favorable au maintien de ces conseils d’installation.

"Ce deux poids deux mesures est inadmissible"

« On retombe dans le même travers »

Mais certains DGS s’inquiètent de cette approche, dérogatoire au confinement. Il rappelle que, sous la précédente mandature, 65 % des maires sortants et 40 % des conseillers municipaux étaient âgés de 60 ans et plus, potentiellement plus fragiles donc. « Quel message va-t-on encore faire passer à la population ? Ce deux poids deux mesures est inadmissible. Après la mascarade du premier tour, on retombe dans le même travers », explique l’un d’entre eux, sous couvert d’anonymat.

"Les petites communes n’ont parfois pas la place, au sein de leur mairie, de veiller aux distances de sécurité"

Pas la place

Sur sa page Facebook, la sénatrice de Saône-et-Loire, Marie Mercier, est tout aussi réservée : « Les petites communes n’ont parfois pas la place, au sein de leur mairie, de veiller aux distances de sécurité de leurs élus. Que faut-il leur recommander ? ». Des voix s’élèvent de plus en plus pour demander le maintien des assemblées sortantes jusqu’au second tour des municipales ou au moins jusque ce que la situation sanitaire permette une réunion dans des conditions de sécurité satisfaisantes. Ya plus qu’à.

Recevez votre newsletter hebdo gratuitement

Nous vous recommandons

Accès à la culture  : une idée belge

Accès à la culture  : une idée belge

La où nous peinons à offrir des "Pass culture" permettant un accès complet et bon marché à nos musées, les Belges, Suisses et Allemand on une longueur d'avance. Peut-être pourrions-nous nous en inspirer ?Peut-être le haut...

19/10/2021 | Culture
Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Finances locales : le cœur des pleureuses donne de la voix

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Infographie

Au sommaire de la Lettre du Cadre d'Octobre 2021

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Éditorial - La vraie richesse de nos territoires

Plus d'articles